Category Archives: Articles

07Sep/18

Parcours: FAT (Plage) – Plage de Havre-St-Pierre (Est)-25km

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous voulez expérimenter la finesse du sable de la côte-nord et mettre les roues sur quelques rochers? Le secteur de Havre-St-Pierre vous offre cette possibilité! La plage est très facile à pédaler. Vers l’est (presqu’au bout du trajet) , il y a un petit ruisseau pouvant demander de pousser le vélo pour traverser. Les falaises sont très impressionnantes.

Départ: Pour notre part, nous avons décidé de débuter à la halte à la sortie de Havre-St-Pierre et de descendre vers la plage via le sentier de VTT. Il serait aussi possible de débuter dans le secteur du camping et même de la promenade directement au coeur du village.

Marée: Il est probablement possible de faire une grande partie du trajet à marée haute. Parc contre, en débutant 2h après le début de la baisse de la marée, vous vous donnerez de la marge de manoeuvre. Le plus gros ruisseau est plus facile à traverser lorsque la marée est plus basse.

Fichier GPX pour votre GPS

31Août/18

Tourisme: Exploration et FAT bike en Minganie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Attiré depuis longtemps par la possibilité d’explorer les plages de la Côte-Nord, accompagné d’une complice elle, rêvant de se remplir les yeux de la beauté et de tout l’exceptionnel offert par la Minganie, nous n’aurons pas été déçu! Comme tout voyage, les miens à tout le moins, il a été trop court. Il reste tellement à voir!

Nos premiers tours de roue se sont fait dans le secteur du village de Magpie, en partant du havre, minuscule maintenant mais important jadis. Le premier contact avec le sable de la Côte-Nord est surprenant: il est très très meuble par moment! Premier contact aussi  avec du roc différent du nôtre et le constat que les rivières sont énormes. Elles seront impossibles à traverser avec les vélos si jamais…

L’objectif à demi avoué de ma complice Chantal est de pédaler les platiers rocheux parmi  les monolithes de la Minganie. Plusieurs essais auprès de Parcs Canada seront vains; préposés, gardes-parc, opérateurs, la réglementation interdit la présence de vélo dans la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan. Le plan B, avec les suggestions de Mathieu de FAT bike Minganie, est l’exploration de Grande-Pointe à environ 10 km à l’est de Havre St-Pierre. Chantal avait préparée une grande boucle qui pouvait potentiellement coincer à quelques endroits (falaises). La section la plus à l’ouest devrait être sur sable pendant que la section  la plus à l’est pourrait offrir des défis intéressants.

Un peu têtu, j’utilise mon vélo; pas question de ne pas rouler une vraie longue plage de sable en Minganie. Ce sera un départ à l’est via la halte touristique et l’espoir d’atteindre la partie ouest sur les vélos. J’aurai ma longue plage de sable MAIS nous devrons virer de bord; la falaise de roc bloque notre passage et la voie de contournement possible sur un ancien sentier est impossible. On retourne à la voiture, chargeons les vélos et tentons le coup au bout du Chemin de la Grande Pointe. WOW! Coup de coeur du voyage et expérience inoubliable! La partie à l’ouest de Grande-Pointe, Cap Ferré offre un paysage similaire a celui des îles de Mingan car il appartient à la même formation géologique, des calcaires datant de plus de 450 millions d’années. Ainsi on y retrouve des milieux qui ne ressemblent pas aux paysages typiques de Havre-Saint-Pierre : Lande à cailloutis, platiers rocheux, monolithes, Ruisseau rouge. On pratique enfin du FAT un peu technique dans un environnement surprenant, héritage de plusieurs millions d’années! Ça vaut le détour!!! L’heure avance et devons couper notre exploration avec des coeurs et des yeux remplis. La Côte-Nord, et la Minganie particulièrement, seront des destinations à refaire pour en voir plus!!!

Note: Nous avons marché plus de 75% de la côte de l’Île Quarry (parc national de l’Archipel-de-Mingan) et ce serait en grande partie roulable en FAT bike. Un jours…

29Août/18

Le VUS des vélos à assistance électrique?

Est-ce possible le VUS des vélos à assistance électrique? Absolument! Moustache a son Xroad: c’est le vélo à assistance le plus polyvalent du marché! Grâce à ses pneus semi cramponnés de 2 pouces, ses garde-boues en aluminium extrudé, son porte-bagage, ses suspensions à court débattement, son éclairage et sa transmission Bosch CX, le Xroad passe partout avec aplomb!!! Et la qualité Moustache Bikes est incontournable!

Le premier arrivé dans la région a déjà fait le bonheur de son utilisateur mais d’autres suivront!!! Venez en jaser!!!

24Août/18

2019: Précommandez et économisez!!!!

Vous pensez changer de vélo en 2019? Vous aimeriez économiser? FACILE!!! Venez choisir votre 2019 parmi nos marques de réputation mondiale (Marin, Spherik, Orbea, Moustache, Raleigh et Silverback) et économisez 10% du total de la facture à la livraison. Cela me permet de prévoir mes achats de 2019, démontrer mon sérieux à mes fournisseurs et VOUS ASSUREZ d’obtenir le vélo de vos rêves!!!

Exemple:

  • Votre coeur bat pour le sublime Spherik SRL en Rival 22 (carbone complet de 17.5 livres) de 2350$? Commandez maintenant et vous épargnez 235$ sans lever le petit doigts!
  • Vous avez un faible pour un Raleigh Détour à assistance électrique (moteur Shimano) d’une valeur de 2499$? Réservez maintenant et épargnez 250$ à la livraison.
13Août/18

Bikepacking: Gros-Morne en bikepacking…à la prochaine !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Texte: Chantal Quintin

4e sortie de bikepacking de l’été ! Quoi de mieux que d’explorer les vallées de la Haute-Gaspésie. L’année dernière, une boucle par les vallées de Marsoui et de Rivière à Claude nous avait grandement impressionnée. Ayant en tête cette aventure nous nous lançons cette fois ci vers les vallées de Manche d’Épée et de Gros-Morne (à ne pas confondre avec le Gros Morne de Terre-Neuve). Manche d’Épée est reconnue pour sa réserve écologique de 573 ha. Quant à Gros-Morne, Guy et moi n’avions aucune idée sur ce qu’elle pouvait nous réserver. Pour notre boucle, je trace sur un fond de carte ce qui est pour moi une valeur sûre, un chemin longeant chacune des vallées. Cette valeur sûre fut toutefois remise en question et ce dès la première journée de notre aventure !

Jour  1- Manche d’Épée vers le Lac au Diable

Premier objectif, la vallée de Manche d’Épée, jusqu’au Lac au Diable et possiblement campement le long de la Rivière-Madeleine. Les premiers kilomètres sont magnifiques et faciles à rouler, jusqu’à ce que nous atteignions une signalisation indiquant pont fermé !!! Nous continuons malgré tout (nous avons déjà rencontré des embuches qui nous apparaissaient pire que celle-ci: notamment des barrages de castor). À l’endroit du pont il y a longtemps disparu, la traversée de la rivière n’est pas problématique. Il n’y a qu’un mince filet d’eau dans le lit de la rivière. C’est toutefois le talus que nous devons franchir pour continuer notre chemin qui est plutôt imposant. La force légendaire de Guy se confirme. Il réussit à monter nos vélos chargés sur un talus instable (avec quelques sacres !). C’est à partir de ce point que la suite de notre parcours se complique. La présence d’herbe au genou et même parfois à la taille, le ravinement du sentier engendré par un régime torrentiel des cours d’eau nous amène à pousser les vélos sur plusieurs kilomètres. Arrivée au premier lac, nous apercevons un chalet et heureusement pour nous il y a présence de vie humaine  . Le propriétaire nous informe que le chemin que nous voulons emprunter n’est plus praticable et ce depuis un bon moment ! Il nous conseille de suivre le chemin des éoliennes. Nous remontons sur nos vélos, avec en prime une vue sur les montagnes et les éoliennes. Nous nous rendons sans problème au Lac au Diable, une destination de villégiature connue par la pourvoirie du Camp de la Haute Madeleine. Malheureusement, la présence de nombreux chalets privés rend difficile son accès. Nous pouvons tout de même constater, comme le gardien le mentionnait que son eau est froide et turquoise. Nous continuons notre route vers la ZEC de la Rivière-Madeleine. Cette destination sera la dernière de notre journée. Nous trouvons un endroit magnifique pour passer la nuit le long de la rivière. La température de l’eau est parfaite pour la baignade et nous avons droit à un spectacle d’étoiles filantes (les perséides)!

Jour 2 – Gros-Morne suivi par Manche d’Épée pour retourner à l’endroit où nous avions laissé le véhicule.

La montée de la Rivière-Madeleine vers la route de l’Anse-Pleureuse menant à Murdochville est sportive. Heureusement les chemins improvisés que nous empruntons sont en très bonnes conditions. Nous avons décidé d’opter de rouler sur des chemins forestiers au lieu de suivre mon tracé afin de ne pas revivre notre première journée. Je retrouve ainsi le sourire de Guy lors d’une superbe descente sur près de 10 km dans la vallée de Gros-Morne. À la mi descente je me rends compte que j’ai perdu mon GPS !  Nous effectuons le chemin inverse mais Guy monte en flèche et fait quelques kilomètres de plus  que moi pour retrouver  le GPS, FIOU !

Gros-Morne est notre coup de cœur de l’aventure et ce pas seulement pour la descente. Cette vallée nous offre des points de vue magnifiques sur les montagnes avec un passage de quelques kilomètres dans une érablière. Ce secteur nous donne du courage pour la dernière étape de notre journée la montée entre Gros-Morne et Manche d’Épée par le chemin du SIA sous un soleil de plomb où nous suons notre vie.
Ces deux journées en bikepacking furent remplies de surprises. La vallée du Gros-Morne est notre plus grande surprise de par sa qualité de sentiers et sa diversité de paysages. Nous avons également été surpris de la quantité de chemins que nous avions croisés. Ceux-ci nous réservent sans aucun doute d’autres belles surprises. Toutefois la connaissance du territoire est un incontournable. Ainsi Gros-Morne et l’arrière-pays de la Haute Gaspésie, à la prochaine fois !

NOTE: Il serait beaucoup plus aisé d’atteindre le Lac au Diable via Le chemin du lac au Diable, accès via la 132 à mi-chemin entre Manche d’Épée et Madeleine  plutôt que de monter dans la vallée de la rivière de Manche d’Épée.

Tracés GPX pour votre GPS

Jour 1

Jour 2

 

09Août/18

ÉQUIPEMENT: L’indispensable pour économiser gros (vérificateur de chaîne)!

Une chaîne neuve avec 0% à 0.5% d’usure

Saviez-vous que les chaînes de vélo étirent à l’usage? Oui mais pas exactement. La croyance populaire veut qu’une chaîne étire lentement ou rapidement selon son utilisation et plusieurs autres facteurs. En pratique, c’est vrai que la chaîne d’un vélo use, en fonction de la distance parcourue, la puissance appliquée sur les pédales, les conditions (eau, sable, boue, …), etc. Cela se traduit par une infime élongation causée par l’usure de l’ensemble rivets/rouleaux.

Et puis après? Une chaîne très usée causera l’usure des pignons et plateaux, qui eux, éventuellement causeront des problèmes de changements de vitesses, de sauts de chaîne, etc.

C’est quoi la meilleure solution? Il y a 3 écoles de pensée:

  1. MÉTHODE 1: On laisse se détériorer l’ensemble et on fait le changement lorsque le fonctionnement n’est plus optimal. Simple mais oblige à rouler avec un vélo dont la performance se détériore. Le pire est le coût de remplacement des pignons de transmissions modernes (10, 11 ou 12 vitesses = OUCH!!!)
  2. MÉTHODE 2: On surveille l’usure de la chaîne avec un Vérificateur de chaîne (voir plus bas) et on la remplace au moment opportun. On peut habituellement conserver les pignons pour 3 ou 4 chaînes. C’est moins coûteux et surtout évite de rouler avec un vélo dont la transmission est déficiente. C’est la pratique recommandée.
  3. MÉTHODE 3: Comme pour la méthode 2, on change la 1ère chaîne au moment opportun MAIS on la conserve. On fait la même chose avec la 2e chaîne pour remettre ensuite la 1ère et l’utiliser pour disons 1000km, dans une suite d’alternance avec la 2e. Cette technique hybride est plus demandante et moins connue. Elle permettrait d’être un peu plus économique.

Comment on fait pour vérifier l’usure de la chaîne?

Le plus facile est l’emploi d’un vérificateur d’usure de chaîne. Nous suggérons la version peu coûteuse de IceToolz (14.99$). En vérifiant fréquemment, il nous permet de connaître le moment idéal de changer la chaîne.

Une chaîne neuve ou encore utilisable ne permet pas à l’outil de glisser à la première position (elle a moins de 0,5% d’usure donc on roule encore!)

Si l’outil se glisse à la première position (0,5% – 1%), on peut remplacer la chaîne sans danger (saut de chaîne)

Si l’outil glisse en 2e position (plus de 1% d’usure), il est trop tard pour changer la chaîne. On peut continuer à utiliser l’ensemble chaîne/pignons jusqu’à ce que la transmission soit désagréable

Vous savez maintenant comment éviter les surprises!