Tag Archives: article

19Jan/18

Astuce: Comment préparer mes skis avec fartage

Tous les skis nécessitent un entretien afin de fournir du plaisir à son utilisateur. Il est donc important de nettoyer les contaminants accumulés (même pendant l’entreposage) sur la base, de la nourrir afin de la protéger et la préparer pour qu’elle fournisse une glisse ainsi qu’une accroche optimale.

Nous vous présentons ici la méthode complète simplifiée qui vous permettra de préparer vos skis de fond à fartage pour qu’ils vous donnent du plaisir.

Matériel requis (disponible chez Vélo Spécialité)

  • Défarteur (Swix par exemple): il n’y a aucun autre produit qui égale le vrai défarteur pour éliminer les farts souillés
  • Fiberlene (Chiffon Swix)
  • Papier sablé: si vous ne voulez pas en utiliser différent grade en plusieurs étapes, le grade 180 fait bien l’affaire
  • Fibertex (tampon rugueux)
  • Grattoir métallique (optionnel)
  • Grattoir de plastique
  • Brosse (de crin)
  • Fart de glisse en bloc (F4 ou équivalent)
  • Fart de poussée de base
  • Liège synthétique
  • Fer à chaud

Méthode

  1. Marquez la zone de poussée (selon ce qu’elle était au préalable ou ajustez au besoin)
  2. Nettoyez la base au défarteur
  3. Si requis, utilisez un grattoir pour enlever le surplus sur la zone de poussée, puis nettoyez de nouveau au défarteur afin d’obtenir une surface parfaitement propre
  4. Égalisez (ébarbez) la base à l’aide d’un grattoir de métal
  5. Sablez les zones de glisse dans le sens de la longueur du ski pour créer des micro stries qui augmenteront la glisse
  6. Sablez la zone de poussée perpendiculairement afin de la rendre plus rude et d’augmenter sa capacité d’accrochage de la neige
  7. Répétez avec un tampon Fibertex
  8. Nettoyez avec du défarteur et laissez sécher
  9. Appliquez le fart de glisse sur les zones avant et arrière à l’aide du fer chaud. ATTENTION: Déplacez  constamment le fer pour ne pas bruler la semelle
  10. Laissez refroidir quelques minutes
  11. Enlevez le surplus de fart de glisse à l’aide du grattoir de plastique. Prenez garde de ne pas abimer la base
  12. Brossez la semelle à l’aide de la brosse afin de dégager les stries
  13. Nettoyez avec un chiffon sec
  14. Crayonnez le fart de base sur la zone de poussée puis faîtes pénétrer à l’aide du fer chaud. Crayonnez une deuxième couche de fart de base et polissez avec le liège synthétique
  15. Répétez pour le 2e ski!

Votre ski est maintenant prêt à recevoir le fart de poussée du jour adapté aux conditions de neige!

Méthode alternative

Si vous ne possédez pas de fer, vous pouvez utiliser un fart de glisse liquide pour remplacer le fart de glisse solide appliqué à chaud. Le finis sera moins durable mais il est aisé d’application. Le fart de poussé sera simplement polis à froid au liège synthétique.

 

18Jan/18

UNE PREMIÈRE chez Vertigo Aventures : le ski de fond hors-piste à l’honneur

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Récit: Chantal Quintin

Le 12 janvier débutait l’aventure de 11 skieurs de fond hors-piste sur le territoire exclusif aux clients de Vertigo Aventures. Vertigo est reconnu auprès de la communauté des amateurs de glisse alpine comme LA destination hors-piste par excellence dans l’Est. Elle concentre ses activités dans le secteur des monts  Blanc (1063 mètres) , Craggy (838 mètres ) et Pointu (930 mètres ) sur le territoire de la Réserve Faunique de Matane. Mais qu’en est-il pour les passionnées pratiquant le SKI de FOND HORS-PISTE ?

Jour 1 : Cette première journée de trois débute sous la pluie. Après avoir parcouru plusieurs kilomètres en voiture dans la réserve faunique de Matane sur une route complètement glacée, nous sautons sur nos skis avec enthousiasme, et ce malgré la pluie battante ! Près de 15 km séparent l’endroit où nous laissons notre véhicule et l’endroit où nous dormirons, une yourte ! Le tout se fait avec le sourire, mais bien heureux d’être au sec après 3 heures de ski sous la pluie. Heureusement au cours de la nuit cette pluie se transforme rapidement en neige pour notre première journée exploratoire.

Jour 2 : Direction le lac Beaulieu. Un parcours ambitieux compte tenu des conditions météos : fort vent, neige, bref c’est la tempête, mais la glisse est sublime avec cette nouvelle neige sur surface durcie. Heureusement ce parcours nous permet d’être à l’abri du vent et nous fait découvrir un lieu magnifique pour une descente en douceur dans une forêt mature. L’objectif de la journée ne sera toutefois pas atteint. Un canyon de plusieurs mètres nous fait retourner sur nos pas. Cette embûche sera vite transformée en opportunité pour un petit groupe de skieurs tentant une descente sur un versant du Mont Pointu. Du plaisir à l’état pur en ski de fond hors-piste, se lançant dans une pente de 20 degrés entre les arbres. Toutes les techniques sont bonnes, virage alpin, télémark, chasse neige et chute volontaire dans la neige 😊. Une journée incroyable qui se termine avec le dévoilement du sommet du Mont Craggy à la tombée du jour.

Jour 3 : Le retour, mais pour des lève-tôt, rendez-vous pour une balade en hauteur afin d’admirer le sommet des montagnes avoisinantes. Nous ne sommes pas déçus. Le soleil est au rendez-vous et les guides Paul et Jean-Pierre nous font découvrir leurs petits trésors. Les efforts de la montée avec les peaux sont récompensés. À droite, au loin le sommet du Mont Blanc où il est possible de voir les couloirs empruntés par les plus expérimentés en descentes (Aérodium, Orgasmotron) et à gauche le Craggy (la Run Du Colonel, la Ti-Bru, les Jumelles et les champs en S). De retour aux yourtes après une heure de belles découvertes, nous reprenons le chemin du retour menant à notre point de départ il y a 48 heures.

Le territoire offre un terrain de jeu incroyable pour les explorateurs en ski de fond hors-piste que nous sommes avec des panoramas à couper le souffle sur le Mont Blanc, le Mont Craggy , le Mont Pointu et le mont Orignal (nom connu seulement par les habitués du secteur!). Une aventure à refaire très prochainement.

Merci à toute la gang et plus particulièrement à Paul et Jean-Pierre pour nous avoir permis de réaliser cette grande première aventure d’exploration en ski de fond hors-piste sur ce terrain de jeu magnifique.

À très bientôt

16Jan/18

Parcours: Boucle Igloo vers Autobus à ski – 7,8 km

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous propose ici une boucle de ski de fond hors piste inspirante, accessible à partir du Club de ski de fond ou du Club de Golf et qui vous ouvrira un terrain presque infini de plaisir. Ce parcours débute et se termine en entrecoupant les pistes du Club de ski de fond de Matane via des sentiers improvisés par de généreux bénévoles. Par la suite, à l’approche de l’autobus (jadis une passerelle pour VTT), il emprunte des sentiers sillonnant des boisés entretenus par les propriétaires. Selon les conditions, il est possible que certaines montées soient facilitées par l’utilisation de peaux d’ascension. Il est aisé d’agrandir ce tracé en  direction du village de St-Luc.

Fichier GPX pour votre GPS

NOTE: Il est possible que vous circuliez sur des propriétés privées. Vous êtes responsable de cet aspect. Soyez courtois et respectueux avec les gens que vous rencontrez.

05Jan/18

Parcours: Ski hors piste – Centre-ville de Matane! – 4,5 km

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un matin de tempête comme celle du 5 janvier 2018 ou encore une journée de bonne chute de neige, pourquoi ne pas sortir les skis, les skis raquettes (comme moi) ou les raquettes et vous amuser directement au centre-ville de Matane? Inspirez vous de ce petit parcours dans le secteur des îles pour jouer dehors. Il est évidemment possible d’allonger selon votre inspiration.

Fichier GPX pour votre GPS

03Jan/18

Une veille de Noël sur le SUGAR LOAF en ski-raquette

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Récit: Chantal Quintin

Certains se posaient la question sur la possibilité de faire en ski de fond hors-piste le mont Sugar Loaf, situé dans le Parc des Appalaches à Sainte-Lucie-de-Beauregard. Voici notre expérience de glisse sur cette montagne de 650 mètres d’altitude.

Ayant consulté le site internet la veille, nous avions constaté qu’il n’y avait aucune mention sur la possibilité de skier sur la montagne. Or, nous nous sommes tout de même aventurés avec l’idée en tête d’aller skier en empruntant les sentiers de raquette. Nous avions le choix entre des skis de fond hors-piste ou des ski-raquette. Notre choix c’est arrêté sur le ski-raquette. C’était ma deuxième expérience de glisse avec ce genre d’équipement. Guy avait installé pour cette occasion des fixations voile 75mm. Ainsi je pouvais chausser mes bottes hors-piste, des Alpina Alaska 75, pour avoir plus de contrôle 😊. Après quelques mètres, nous nous sommes vite aperçus que notre choix était le bon (je ne m’imaginais pas avec mes skis hors-pistes sur ce type de terrain). Le sentier est accidenté avec des montées très abruptes et parfois très étroites encaissées entre des parois rocheuses. Nous avons même dû déchausser nos skis à quelques reprises.

À moins de 5 km du départ, soit environ 2 heures plus tard et ce sans arrêt, nous sommes arrivés au sommet. Un vent de 50km/h décoiffe, mais la vue en vaut le coup. Le sommet dégagé permet d’admirer les montagnes avoisinantes et celles plus lointaines (par ex. Côte-Nord et Maine). Nous avons même droit à quelques percées de soleil avant de débuter la descente. Cette descente fut parfois périlleuse (encore ici nous avons déchaussé à deux reprises ou peut être trois…, nos skis). Les branches et les roches étaient encore bien présentes en raison du manque de neige. Nous sommes revenus à notre point de départ un peu avant 16h, soit un peu avant le coucher de soleil, avec de magnifiques images en tête et le goût d’explorer d’autres secteurs du parc, bien que la fatigue de notre petit 10km était bel et bien présente.

Le secteur du mont Sugar Loaf est un des cinq secteurs du Parc des Appalaches qui offre une panoplie d’activités estivales et hivernales. Mes quelques recherches laissent croire qu’il y a un fort potentiel pour le ski de fond hors-piste. La montagne de la Grande Coulée (853 m) est sans aucun doute le prochain secteur à explorer lorsque je passerai dans le coin.

Le Sugar Loaf en quelques points :

Distance aller-retour : environ 10 km* (à partir du stationnement de la Chute à Dupuis)

*Pour ceux et celles qui veulent faire cette rando, nous vous conseillons fortement de faire la montée et la descente par le secteur de la langue de chatte qui est beaucoup moins technique que celui de la chute à Dupuis.

Altitude au sommet : 650 m

Coup de cœur : point de vue au sommet, le sentier traversant une grande diversité de milieux forestiers (feuillus, érablière et une forêt de conifères), les infrastructures (promontoire pour les points de vue, signalisations des sentiers, refuges), gratuité pour l’accès durant l’hiver

Niveau de difficulté : très difficile (conseillé en ski-raquette)

Pour de plus amples informations : Randonnées hivernales au Parc des Appalaches

Fichier GPX pour votre GPS

31Déc/17

Bonne Année 2018!!!

Vélo Spécialité désire vous offrir ses vœux les plus chaleureux pour une année exceptionnelle qui se pointe le nez: santé, bonheur et découverte !  Nous serons présents pour vous aider dans la réalisation de vos rêves d’aventure les plus fous à ski et à vélo en 2018!

29Déc/17

Ils sont arrivés!!!! Les Fat bike Spherik 2018!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils sont enfin arrivés les Fat Bike 2018 du fabricant Québécois Sperik! Nous sommes le seul dépositaire en Gaspésie et au Bas-St-Laurent. En magasin, nous avons le SF NX (composantes Sram NX) avec transmission 1 X 11. C’est une super machine évolutive (accepte une fourche à suspension sans modification) avec un rapport qualité/prix surprenant.

  • Cadre aluminium avec essieu Thru axle 197mm X 12mm
  • Fourche avant en aluminium avec essieu Thru axle 150mm X 15mm
  • Transmission Sram NX 1 X 11
  • Freins Sram Level hydraulique
  • Jeu de direction FSA
  • Pédalier, guidon, potence et tige de selle Race Face
  • Jantes Alex Cherokee 90mm
  • Pneu Vee Bulldozer 26 X 4.75
28Déc/17

Parcours: Ski hors piste – Mont-Pointu (SADM) – 9,7 km

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Mont-Pointu près de Sainte-Anne-Des-Monts est une montagne qui mérite d’être connue. Accessible autant en été qu’en hiver, elle offre une ballade agréable et facile, en forêt, avec un point de vue sur 360 degrés (montagnes des Chic-Chocs, la Côte-Nord) et ce pour un 10 km aller-retour.

Le point de départ est situé au stationnement identifié pour le Mont-Pointu sur la route Bellevue. Au besoin, utilisez le fichier GPX pour vous situer. On chausse les skis et on s’avance sur un chemin situé au bout du stationnement qui est également emprunté par les automobilistes durant l’été et les motoneigistes durant l’hiver. L’ascension s’y fait en douceur sur les trois premiers kilomètres.  Ensuite, on doit se diriger à l’entrée du sentier de marche en traversant un bûché. Sa traversée, demande d’être attentif car cette partie n’est pas balisée. Dans le sentier de marche, la montée est parfois abrupte et la neige accumulée peut rendre la montée au sommet difficile. L’utilisation des peaux est suggérée pour se faciliter la tâche jusqu’au belvédère. Par temps clair, une vue panoramique imprenable sera la récompense pour l’effort.

Il est possible de redescendre par le même sentier mais il est recommandé de terminer la boucle pour retourner sur le chemin plus large. La descente s’y fait en douceur.

Fichier GPX pour votre GPS

 

04Déc/17

Le Mont Blanc en hiver, une randonnée improbable!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Mont Blanc, pas celui de la France mais celui de la Réserve faunique de Matane (1063 m) est rarement accessible en hiver pour les skieurs de fond hors-piste que nous sommes;  bien entendu, les amateurs de descente en poudreuse guidés par Vertigo Aventures peuvent le fréquenter après une assez longue balade en motoneige et quelques nuits en yourte. Comment y accède-t-on? Il s’agit simplement d’entrer sur la Réserve faunique de Matane par le poste d’accès John (près de la route 195) et de rouler pendant 34 kilomètres sur la route 1 jusqu’à l’intersection de la 19. Mise en garde: ces 34 kilomètres de route ne sont pas déneigés sauf à l’exception d’activités forestières; ce n’est pas le cas en ce mois de décembre 2017. Nous partions ainsi avec beaucoup d’impondérables sachant que le Mont Blanc pourrait être inaccessible (route impraticable par nos véhicules à traction intégrale, de vrais Jeep de coiffeuse!) et pas du tout skiable étant donné que l’hiver se laisse désirer en ce de début de décembre.  Finalement la chance est de notre côté : accès au pied du Mont Blanc et la neige est au rendez-vous.

Notre groupe de 6 personnes (Denis, Nelson C., Nelson S., Gaétan, Chantal et moi) s’engage sur les quelques centaines de mètres de plat la route 1 puis débute la longue ascension sur le chemin du Mont Blanc (dénivelé de 700 mètres sur environ 8 km). Il y a déjà assez de neige pour ne pas risquer d’endommager les skis; la route est large et la grimpe douce. Denis et Nelson S. feront un peu d’exploration autour de la montagne. Gaétan nous guide habilement et sera l’ouvreur principal. Nous atteindrons le début de la forêt de fantômes à 4; on se croirait en mars tellement les arbres sont chargés de neige! Nelson C. et Gaétan rebroussent chemin un peu avant le sommet pour éviter l’arrivée de la noirceur; ils réaliseront une descente ultra rapide de 1h05!

Chantal et moi, comme planifié, continuons vers le sommet.  Nous croisons une piste d’orignal à 900 mètres d’altitude, une présence plutôt rare à cette altitude. Les arbres sont de plus en plus fantomatiques; une lourde charge de verglas et de neige les recouvre! À 1000 mètres, belle surprise; le ciel est plus clair mais surtout, nous sommes au-dessus des nuages! On voit même quelques sommets environnants qui les transpercent! Le sentier, évident jusque-là, devient embêtant; à droite? À gauche? Dans le doute, nous nous rabattons sur la droite pour suivre le tracé GPX du SIA. Ce sera la section la moins agréable; on contourne, on doute et on voit finalement la tour, puis le refuge, couvert de givre. Notre ascension se termine un peu avant la tombée du jour! Nous pouvons délester nos lourds sacs à dos des bûches écologiques (5 livres de plus!), transportées depuis le départ et tout le contenu nécessaire pour passer la nuit au sommet.

Le refuge, même petit et bien aménagé peut accueillir 4 personne; Les rénovations effectuées dernièrement nous assurent un confort rustique avec en prime un poêle à combustion lente qui remplace la truie de jadis. Il y a même déjà un peu de bois ainsi qu’un chaudron pour la fonte de la neige. J’allume un feu avec l’espoir de chauffer facilement le refuge. L’espoir sera vain. Pour une raison encore un peu nébuleuse pour moi, le poêle ne donne que très peu de chaleur même bien chargé. Il chassera au moins l’humidité pendant notre séjour. Un peu de vino accompagne avec bonheur notre souper, qui lui sera bien chaud, grâce au petit MSR! La nuit très silencieuse sera réparatrice pour nous deux; on atteint le sommeil profond sans difficulté, bien calé dans nos sacs en duvet avec en tête le lever de lune magnifique qui nous a été offert.

Au matin, allumage d’un nouveau feu, peu utile, et déjeuner copieux accompagné d’un café Starbuck instantané; peu compliqué et pas si mauvais que ça… finalement dit Chantal du bout des lèvres! Après chargement des sacs et un ménage du refuge, nous chaussons nos skis givrés pour le retour. Cette fois, nous nous engageons sur le VRAI sentier. En quelques minutes, après le célèbre banc du haut de la falaise, on croise nos traces de la veille. Débute la première partie de la descente, en douceur mais serrée entre les arbres. Il faut être prudent puisque les petites épinettes cachées peuvent surprendre. Personnellement, je me sens peu adroit en ce début de première descente de la nouvelle saison. De retour sur le large chemin, nous pratiquons nos virages et savourons la belle glisse que procure cette neige presque poudreuse. En 2 heures, nous sommes de retour à notre véhicule. Quelle belle première fin de semaine de ski de la saison!

Fichier GPX pour votre GPS

15Nov/17

Ben oui! Je soudais mes vélos!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma formation principalement autodidacte de vélociste m’a permise d’explorer l’amélioration et la fabrication de vélo dans un passé pas si lointain. À la fin des années 90, n’ayant pas la compétence pour la soudure, j’ai débuté par la conception d’une remorque de type Bob et d’un tandem que M. Raymond Lessard soudait pour moi. Ensuite, au début des années 2000, mon intérêt pour les vélos à position allongée, m’a poussé à apprendre le brasage de l’acier; j’étais maître de construire mes cadres! Comme vous pouvez voir sur les photos (et ce n’est qu’un petit concentré), j’ai exploré dans bien des directions! Je m’y remettrai un jours ou l’autre…