Tag Archives: Ski

17Mar/20

Tourisme: Sentier des pointes, Lac de l’Est, Mont-Carmel

Texte et photos: Chantal Quintin

Avec les conseils de Carole Corson, je suis parti à la découverte de l’arrière-pays du Kamouraska, plus précisément le lac de l’Est près de Mont-Carmel. La boucle du sentier des Pointes est superbe et offre un fort potentiel pour le ski de fond hors piste. Le sentier est assez bien balisé, mai très peu fréquenté dans la montée vers le belvédère. Ne connaissant pas le secteur c’était pour moi une chasse au trésor des balises dans une magnifique érablière mature  . Chaque balise croisée sur mon chemin était pour moi une victoire (yééé!). En toute franchise j’ai a quelques reprises perdu les balises et zigzagué. Heureusement mon GPS était dans mon sac. La lecture des courbes topo m’a permis de retrouver le sentier et d’arriver au belvédère avec son point de vue sur l’immensité du lac qui touche la frontière américaine.

A refaire, mais la prochaine fois en sens inverse afin d’apprécier la descente dans l’érablière . Un grand Merci Carole Corson pour ce partage !

Pour vous rendre, sur la route 132 ou la route 20, utilisez la route 287 en direction de Mont-Carmel, dépassez le village et demeurez sur la 287  jusqu’à la fin en direction du camping. Prenez la rue Des Chênes et continuez. Vous serez sur le bord du lac. Vous trouverez aisément le début du sentier.

Fichier GPX pour votre GPS

12Mar/20

ÉQUIPEMENT: L’hybridation se poursuit pour le ski de fond hors-piste!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans notre coin de la planète, la Gaspésie et le Bas-st-Laurent, le mélange des genres au niveau du ski de fond hors piste se  poursuit. Je suis pratiquant depuis plus de 20 ans, dont au moins 16 sur des skis Fischer E99 + fixations 75mm et bottes de cuir. J’ai testé personnellement depuis 4 ans l’utilisation d’un kit qui a fait progresser ma pratique. Il est composé d’une botte de skimo en plastique + fixation de type Dynafit sur un ski de fond hors piste, lui même à 98mm à la spatule, plus large que ce qu’on utilisait depuis longtemps. Le ski Fischer Sbound98 (98-69-88) en 169cm pour moi, se débrouille en descente dans la poudreuse et sur surface durcie sans être un désavantage marqué sur le plat. Son système anti-recul est le plus performant sur le marché. Notez que tous mes skis, sont montés avec des plaques et des inserts ce qui me permet de transférer les différentes fixations  de ski en ski pour fin de comparaison et d’essai.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La toujours pertinente fixation 75mm utilisée avec une botte de cuir italienne traditionnelle; simple, efficace et offre l’effet de résistance (ressort) pour le « kick ».

La botte Fischer Traverse habituellement utilisée pour les compétitions de skimo ne pèse pas plus lourd qu’une botte traditionnelle en cuir et combinée au système de fixation Dynafit offre un contrôle du ski grandement amélioré. Je trouve même cette combinaison botte-fixation moins fatigante à skier grâce à l’absence de résistance et d’effet ressort. On perd le « kick » mais pour 90% du ski de fond  hors-piste ce n’est pas un désavantage. C’est coûteux par contre… Je n’utilise pas la portion arrière de la fixation Dynafit qui permet de barrer le talon au ski. Ma compétence en mode alpin est limitée et au contraire augmente mon insécurité. Une talonnière Voilé à rehausse pour les montées est plus utile. J’adore cet ensemble!!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon kit préféré pour la distance et le contrôle avec une fatigue plus faible grâce à l’amplitude de mouvement sans aucune résistance.

Même si les virages télémark sont possibles et tout à fait acceptables en terrain raisonnable, l’absence de l’effet de résistance vers l’avant devient un désavantage dans les pentes plus abruptes. Grâce à l’ajout d’une plaque TTS de B&D Ski Gear et des cartouches cablées Voilé Switchback, une solution idéalement employée avec une vraie botte télé NTN à soufflet, la compétence du matériel augmente. Les virages télémark deviennent un peu plus naturels et on risque beaucoup moins de basculer vers l’avant grâce aux ressorts qui ajoutent de la tension au mouvement avant. Ma compétence personnelle par contre, ne croit pas au même rythme! On y travaille…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plaque TTS (Telemark Tech System) de B&D Ski gear avec fixation de type Dynafit et cartouche Voilé Switchback pour un hybride à poids raisonnable.

J’obtient l’équivalent en performance à moindre coût grâce à une botte de télémark achetée usagée combinée à une fixation 75mm Voile Switchback débrayable. On parle d’hybridation ici!!!! Le poids est passablement plus élevé en contrepartie et le confort de la botte moindre. L’amplitude du mouvement vers l’avant est similaire et réduit la fatigue. Le contrôle en descente est excellent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La botte de télémark et la fixation débrayable Voilé Switchback.

L’utilisation des bottes plus rigides, particulièrement celles très légères de skimo élève la capacité du ski de fond hors-piste sans augmenter son poids ou l’effort. Pourrait-on trouver un ski plus performant en descente que le Fischer Sbound98 (98-69-88) de 2490g en 179cm tout étant compétent sur le plat et en montée? C’est le fabricant Voile qui nous fournit une solution avec le Objective BC (115-82-99) de 2100g en 171cm. Le système anti-recul (version BC) est aussi performant que celui du Sbound98 MAIS le profil ainsi que le « rocker » le rendent beaucoup plus amusant et intuitif en descente. On parle encore d’hybridation par l’utilisation d’un ski créé pour les déplacements en haute montagne et la descente pour une pratique de ski de fond hors-piste. Je trouve le Objective BC aussi efficace sur le plat pour les distances que je parcoure à tout le moins.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Voile Objective BC (115-82-99) et son système anti-recul.

La multiplication des variantes matériel des dernières années nous permet d’adapter notre équipement à notre pratique et nos compétences. Les ensembles traditionnels sont toujours tout à fait adéquats, performants et durables. Pour ma part, la curiosité me fait mélanger les genres et constater que différentes combinaisons skis-bottes-fixations  offrent des compétences qui se recoupent tout en proposant des avantages selon le type de terrain et de skieur. La limite est presque l’imagination mais assurément le budget!!

10Mar/20

TOURISME: Parc National du Lac Témiscouata; plein de potentiel pour le ski hors-piste!

Notre passage à l’automne au Parc National du Lac Témiscouata nous avait donné le goût d’y retourner en ski de fond hors-piste. Comme Chantal, ma complice,  insistait un peu 😁, il était temps de s’y rendre! On doit dire tout de go; bien que le parc soit ouvert en période hivernal pour la raquette via le secteur St-Juste, il ne le serait pas pour le ski de fond hors piste dans les autres secteurs. Nous sommes tout de même détenteurs de cartes  annuelles Parcs nationaux du Québec; on se sent légitime de se balader sur le territoire du Parc du lac Témiscouata.

Pour notre plan, nous avons laissé la voiture dans un espace large déneigé devant une barrière du Parc; en février 2020, c’est utilisable. Nous avons skié sur un chemin valonneux sur 9km pour atteindre un petit stationnement à quelques centaines de mètres du refuge des Chutes Sutherland. Cette portion de notre exploration est très facile. À noter qu’il peut être possible de remplir ses bouteilles d’eau avec quelques acrobaties au pied des chutes. Après un arrêt bouffe, nous poursuivons notre exploration des alentours. Comme nous prenons la mauvaise fourche très tôt après le stationnement, nous sommes engagés sur le Sentier National du Bas-St-Laurent en direction de la Montagne du Fourneau. Je ne croyais arriver au point de vue de cette montagne sur le Lac mais la motivation de Chantal m’a fait persévérer! Il faut dire qu’en ce mois de février 2020, il y a beaucoup d’arbres de tombés dans le sentier de marche et on travaille fort. La forêt de pins, baignée d’une lumière chaude, multiplie nos forces et nous permettent de refaire le segment de 7 kilomètres beaucoup plus rapidement qu’à l’aller. On a même droit à quelques petites sensations agréables de descente, douce il faut le dire…

Est-ce que le Parc du Lac Témiscouata offre du potentiel pour le ski de fond hors-piste? Absolument! Nous souhaitons que la direction du parc puisse augmenter son offre et ajouter le ski; le territoire a tellement à offrir!

Fichier GPX de la 232 jusqu’au refuge des chute Sutherland

Fichier GPX du refuge Sutherland vers la Montagne du Fourneau

Fichier GPX du refuge Sutherland en direction de la 232

05Mar/20

Parcours: Autour du Ernest-Laforce (JA Pelletier) en ski de fond hors-piste – 11km

 

Comme si on avait peur que la nouvelle école de montagne du Parc de la Gaspésie ne dure pas et que l’accès au stationnement du Mont Ernest-Laforce sur la route 16 ne soit qu’un feu de paille, l’urgence d’explorer le secteur ne diminue pas! Comme nous avons vu apparaître un nouveau nom de montagne sur la carte du Parc, le Joseph-Alphonse-Pelletier, il faut le fouler de nos skis!

Après environ 1.5 kilomètre de douce ascension, nous sommes déjà sur le vaste plateau qui entoure le mont Ernest-Laforce. On peut le gravir et il offre une vue imprenable mais il est presque toujours glacé ou crouté. Nous l’avons plutôt contourné pour se diriger vers le JA Pelletier; pas difficile du tout et protéger du vent. Les derniers mètres pour le sommet ne sont plus abrités mais la vue vaut le détour. L’intéressant c’est que nous pouvons voir qu’il y a un autre petit sommet pas très loin; notre prochaine destination! ET ce nouveau petit sommet nous montre un autre secteur dégagé qui nous ramènerait vers le Ernest mais du côté ouest. Une boucle se dessine pour notre journée! Nous croisons même un couple d’amis de Ste-Anne-des-Monts; nous sommes les seuls skieurs qui sortent des sentiers battus à ce moment.

La section la plus exigeante est très courte mais pentue sur le flan ouest du Ernest; sans les peaux, on monte en latéral!!! Des traces de ski nous montrent le voie et s’additionnent à notre inspiration pour continuer à nous diriger en direction du mont Macoun. Après du terrain ouvert, on traverse un boisé un peu plus serré qui nous dirige vers une descente douce à travers des bouleaux espacés. La vue est encore impressionnante partout ou nous posons les yeux. La poursuite de la boucle nous ramène au sentier d’accès du départ puis le stationnement. Quelle belle boucle qui pourrait s’agrandir selon l’inspiration du moment. N’oubliez pas que vous êtes en montagne, la prudence et le jugement sont de mises. Demeurez sur ce vaste plateau dégagé!

NOTE: Prenez quelques minutes pour remplir une demande d’accès à l’arrière pays au centre de service et de découverte avant de vous aventurer en dehors du sentier du Ernest-Laforce et du JA Pelletier question d’être légal.

Fichier GPX pour votre GPS

29Fév/20

LIQUIDATION: Pour mars 2020, Fischer, Alpina et Black Diamond à 20% et 30% de RABAIS!

C’est déjà la liquidation du matériel de ski hors-piste en magasin et la saison n’est pas terminée. Pour le mois de Mars 2020

  • Les bottes et skis Fischer sont à 20% de rabais (20% sur les fixations si achat d’un kit complet).
  • Les bottes et skis Alpina sont à 30% de rabais (20% sur les fixations si achat d’un kit complet).
  • Les peaux Black Diamond sont à 20% de réduction.

VENEZ EN PROFITER!

20Fév/20

Skier vers le Macoun? C’est maintenant une balade!!!!

Le Mont Macoun ou le Macoun, nommé en l’honneur de John et James Macoun (père et fils, naturalistes qui ont travaillé pour la Commission de géologie du Canada), est une montagne de 883 mètres situé dans le Parc de la Gaspésie. Elle était techniquement accessible en ski mais un peu loin puisque situé à mi-chemin entre le Ernest-Laforce et les Champs-de-Mars, obligeant à faire une traverse ou un aller-retour un peu long en période hivernal et sa période d’éclairage limitée. Certains y accédaient directement de la 299 en utilisant leur volonté et leur courage! En ce début 2020, le Parc de la Gaspésie pour sa nouvelle école de montagne, déneige la route 16 jusqu’au stationnement du Ernest-Laforce. Le secteur est maintenant très facilement accessible!!! Il ne faut pas oublier  de remplir une demande d’accès à l’arrière pays au centre de découvert et de service puisque beaucoup d’endroit dans le parc dont celui-ci ne sont pas dans l’offre régulière.

Petite vidéo amusante du copain JYPY à propos de notre sortie!

En ce dimanche matin, le stationnement est rempli de voitures et le sentier en direction du Ernest est durci par les skieurs et les raquetteurs. Grâce à de l’info de l’ami Jean-Louis, nous quittons  « la trace » pour se diriger en direction du Mont Macoun. Ce que nous savions déjà, c’est que tout ce secteur aurait été ravagé par un incendie en 1957 et est majoritairement très dégagé. Il est facile d’y skier dans la direction désirée en se faufilant entre les bouleaux et les sections peuplés de conifères. À part Jean-Pierre qui, sage met les peaux d’ascensions, Chantal, Marc et moi pourront gravir nos 2 sommets (Macoun et le sans nom officiel officieusement appelé Ti-coun!) simplement grâce aux écailles de nos skis. On ne rencontre pas de difficulté; on utilise la prudence puisque nous sommes en montagne!

Le ciel est très dégagé et la visibilité parfaite; tout est à notre portée visuelle! Ernest-Laforce, Blanche-Lamontagne, Champs de Mars, Olivine, Hogsback, Albert, et j’en oublie! Les descentes sont lentes et sécuritaires, la neige étant abrasive. Le retour se fait doucement en prenant le temps d’apprécier ce que nous voyons et le calme du secteur. On pense déjà à un prochain passage d’exploration! Retour au stationnement après notre boucle de 10 kilomètres. Quel bonheur!!!

Fichier GPX pour votre GPS

15Fév/20

5e et 6e initiations au Ski – Raquette!

6e groupe: Yves, Isabelle, Guillaume, Catherine et Nancy

15 février 2020, nous en étions à nos 5e et 6e initiations au Ski – Raquette de 2020! Il faisait froid en matinée avec un -20C bien sonné mais les braves étaient présents avec le sourire! Pour le groupe de l’après-midi, un agréable -10C nous auras permis de faire le Grand Tour, une première pour les initiations. Merci à Catherine, Isabelle, Nancy, Guillaume et Yves pour les bons moments. Il y aura eu quelques bons fous rires! Quel territoire incroyable que nous offre le Club de ski de fond de Matane! Vous voulez essayer? C’est un petit 5$ seulement pour s’amuser! Surveillez l’annonce d’une prochaine initiation. Vous voulez vous équiper? On a tout ce qu’il faut!

13Fév/20

PARCOURS: Le tour des Champs de Mars – 13km (ski de fond hors-piste)

Rarement ai-je besoin de 3 sorties d’exploration pour arriver à pondre un parcours de ski de fond hors-piste. La première, en compagnie de mon ami Marc a fait germer l’idée de faire le tour de cette belle montagne qu’est Les Champs de Mars grâce à la découverte d’un sentier du côté Ouest. La seconde, en compagnie de Chantal a permis de valider d’utiliser la montée de Blanche Lamontagne et de poursuivre vers le nord afin d’approcher le Ruisseau Castor. La troisième, encore avec Marc aura permis de connecter les 2 portions en dévalant doucement un flanc du Macoun dans une boulinière (Une boulaie ou  boulinière  est une forêt où prédomine le bouleaupuis en traversant le Ruisseau Castor.

En pratique, on obtient une belle boucle de longueur raisonnable qui débute dans le stationnement des Champs de Mars / Blanche Lamontagne sur la route 299. Je recommande d’effectuer la randonnée de 13 kilomètres dans le sens horaire afin de descendre dans la boulinière plutôt que de devoir y monter ses 140 mètres de dénivelé en moins de 1 kilomètre. L’ascension du flanc ouest des Champs de Mars peut nécessiter les peaux dans certaines conditions de neige. Au point le plus élevé de la grimpette, la vue sur le Macoun nous permet de comprendre pourquoi les amateurs de descentes s’y rendent; Il offre des sous bois de bouleau très dégagé. Ceux-ci nous permettent de descendre sécuritairement vers le Ruisseau Castor. Soyez prudent, il faut le traverser; il est actif! On remonte ensuite très doucement dans un chemin sur le flanc de Blanche Lamontagne pour redescendre vers le stationnement. La vue sur les Champs de Mars et ses champs de neige est à plusieurs reprises impressionnante.

Je suggère fortement l’utilisation du GPS puisque l’affichage est presque inexistant sur l’ensemble du parcours et il est très facile de suivre des traces de ski qui nous dirigent au mauvais endroit. Une petite portion du parcours se trouve dans le Parc de la Gaspésie et nécessite d’obtenir une autorisation d’accès à l’arrière-pays à l’accueil du Centre de découverte et de services. La plus grande partie se trouve dans la Réserve Faunique des Chic-chocs par contre.

Je tiens à remercier l’ami Jean-Louis pour ses suggestions afin de boucler le parcours.

Fichier GPX pour votre GPS

11Fév/20

ASTUCE: Trucs pour éviter les ampoules aux pieds

Un talon à protéger?

Je souffre très rarement d’ampoules aux pieds mais j’ai vécu 2 épisodes récemment avec 2 bottes différentes. Peut-on prévenir? La friction et le mouvement sont les ennemis.

OK! Voici tout de suite l’astuce des astuces qui a fait le plus grosse différence pour moi avec mes bottes de cuir:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Suggéré par les amis Nadine et Jean-François de Longueuil, l’utilisation d’un pot de yogourt pour fabriquer un « cup » à talon, inséré sous la semelle et permettant au bas de glisser un peu sans friction. Ça marche!!!!!

Et d’autres trucs:

Si le problème est très léger ou que l’on recherche simplement la prévention, il est possible d’utiliser un produit permettant d’abaisser la friction de la peau sur la zone à protéger.

Une couche de Hypafix disponible en pharmacie, protège la peau et permet d’éviter la friction avec les bas. La résistance se fait sur le ruban Hypafix (disponible en pharmacie) plutôt que la peau. Solution préventive. Ça fonctionne bien pour moi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En solution préventive majeure ou en solution de survie, on peut utiliser le ruban 3M Nexcare comme rembourrage par dessus les ampoules et couvrir avec de l’Hypafix . Ça protège un talon amoché!

Même solution préventive mais avec du ruban de Kinésiologie pour renforcer le 3M Nexcare. Le ruban de Kiné est extensible donc se conforme mieux au pied.

Un ruban adhésif glissant (clear tape) sur le bas permet au bas de glisser un peu sans s’accrocher sur le tissus de la botte; du mouvement mais pas de friction!

Le Ezeefit Ankle bootie 2mm permet de protéger les talons de la friction et comble l’espace parfois présent à l’intérieur de la chaussure. Mes talons semblent manquer de volume et ce produit fait le travail avec mes bottes de cuir italiennes.

On peut aussi mettre le Ezeefit Ankle bootie 2mm  par dessus le bas si on désire seulement combler l’espace à l’intérieur de la chaussure.

Non testé par moi mais suggéré par une cliente, porter un bas de nylon sous le bas régulier offrirait aussi une diminution de la friction et une protection.

L’utilisation d’un bas respirant très mince et très doux sous le bas de laine est la base pour moi dans le confort de mes pieds. ET n’utilisez pas vos vieux bas usés et défraichis!

Des lacets de hockey (ils sont cirés) permettent à la botte de conserver son ajustement en ne se relâchant pas. Le mouvement s’en trouve limité.

J’utilise souvent une combinaison de ces astuces et ce en fonction de chaque botte. Elles ne posent pas toutes le même problème.

05Fév/20

TOURISME: La traversée Inter-Centre des Laurentides (OUCH!)

Crédit photo: Jean-Paul Croteau (zone.ski)

Comme  l’explique très bien Jean-Paul Croteau de Zone.ski, la Traversée de L’Inter-Centre, est un événement sur invitation. Chaque nouveau participant doit être parrainé par un skieur l’ayant déjà réalisé. Comme pour la TDL (Traversée des Laurentides), une randonnée de plusieurs jours encore plus difficile, le parrainage aide à intégrer des nouveaux ayant le potentiel de passer au travers. Pour L’Inter-Centre du samedi 25 janvier 2020, entre 70 et 80 skieurs prenaient le départ avec un objectif maximal de 33 kilomètre et plus de 1300 mètres de dénivelés en passant par les montagnes, Noire, Blanche et Grise dans les municipalités de Lac-Supérieur, Val-Des-Lacs et Saint-Donat dans les Laurentides.  Nous étions les skieurs ayant parcouru la plus grande distance pour participer soit environ 750 km pour moi (Matane) et 650 km pour Chantal (Rimouski)

Comment j’ai vécu ça? Réveil avant 5h du matin, préparation, 1h30 de route, transport de groupe en autobus, ça va vite! Enfin sur les skis, ce sera le plus facile surtout avec cette douce température; erreur! L’ascension de la Noire sur 4 km, nécessitera les peaux pour nous les skieurs sur écailles afin d’éviter de perdre nos bras avant la seconde montagne. Nous ne sommes pas les derniers au sommet ou presque. Normand nous prévient que la descente est super le fun avec beaucoup de virages. Incroyable! J’ai l’impression de skier une piste de Bobsleigh! Ça vire de tous les côtés et il ne reste presque plus de neige vierge pour se ralentir. Les locaux rient, crient et se tapent sur les cuisses en passant du chasse-neige aux virages télémark sur leurs skis étroits à fartage. Je regrette amèrement d’avoir choisi mes longs skis de 1,95 mètres et de ne pas avoir regardé au préalable quel sera le terrain. Je bougonne un peu et me prend 2 bonnes chutes.

L’ascension de la Blanche est un peu plus facile. Elle offre une superbe vue au sommet et sa descente est plus raisonnable même si les cuisses paient sérieusement pour l’effort soutenu.  L’arrêt au refuge du Lac à l’appel permet la recharge des batteries. Il devient clair pour moi que j’opterai pour le côté moins pentu du circuit de la Grise afin d’éviter une autre descente épique, à la frontale cette fois par surcroit. Le choix sera judicieux avec une fin agréable à la noirceur et plus de 7 heures de ski. Ouf!

Ma conclusion? Un bon coup dans les dents pour mon orgueil. J’avais sous estimé le terrain. Je croyais que ce serait assez plat et que les descentes seraient faciles. Pour la forme physique, j’étais conscient que je serais limite, conséquence de mes courtes sorties d’entrainement. Par contre, j’ai été impressionné par le territoire skiable ainsi que son organisation/balisage ET SURTOUT j’ai adoré la camaraderie des amis skieurs rencontrés. WOW!

Et comment ma complice Chantal a trouvé son expérience?

L’Inter-Centre, une aventure humaine hors du commun à plus de 600 km de mon terrain de jeu habituel: une rencontre avec la crème de la crème des skieurs hors piste du Québec! Les infatigables skieurs des Laurentides avalant des km et des km sur leurs skis fartés dans un terrain rendant honneur à tous skieurs expérimentés et surtout un peu casse coup. Pour ma part, je vous dis à la prochaine, et ce sera pour la grande messe des skieurs, la TDL. Cette fois là, j’y serai un peu plus préparé physiquement. Je serai l’infatigable bas-laurentienne sur ces skis avec écailles ! C’est le corps encore tout courbaturé que je vous salue, participants de l’Inter Centre qui ont gravi les trois sommets. Ce fut un privilège de skier à vos côtés (Note : TDL, ne pas confondre avec la TDLG. La TDL s’adresse à des skieurs expérimentés ayant une forme physique remarquable – à moins d’être originaire des Laurentides!)

Des remerciements particuliers à Jean-François et Nadine pour nous avoir héberger le 24 janvier, Normand et Hélène pour nous avoir héberger le 25 janvier, Normand pour son parrainage, Francine, Dominic, Nicolas, et tous les autres amis pour l’accompagnement et le plaisir!

Fichier GPX de notre traversée Inter-Centre 2020