Tag Archives: Tourisme

22Fév/20

Essais de FAT G R A T U I T à Optineige le 29 février!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la seconde année sur les site des Iles à Matane (Optineige 2020), nous vous offrons en collaboration avec le Club de Vélo Éolien de Matane, un essai gratuit de FAT BIKE dès 13h samedi le 29 février. Vous avez des questions sur ces drôles de vélos? Ça vous intrigue ces patentes là qui ont l’air d’être le fun? VENEZ faire un petit essai et poser des questions. Nous y répondrons avec plaisir!!!!!

20Fév/20

Skier vers le Macoun? C’est maintenant une balade!!!!

Le Mont Macoun ou le Macoun, nommé en l’honneur de John et James Macoun (père et fils, naturalistes qui ont travaillé pour la Commission de géologie du Canada), est une montagne de 883 mètres situé dans le Parc de la Gaspésie. Elle était techniquement accessible en ski mais un peu loin puisque situé à mi-chemin entre le Ernest-Laforce et les Champs-de-Mars, obligeant à faire une traverse ou un aller-retour un peu long en période hivernal et sa période d’éclairage limitée. Certains y accédaient directement de la 299 en utilisant leur volonté et leur courage! En ce début 2020, le Parc de la Gaspésie pour sa nouvelle école de montagne, déneige la route 16 jusqu’au stationnement du Ernest-Laforce. Le secteur est maintenant très facilement accessible!!! Il ne faut pas oublier  de remplir une demande d’accès à l’arrière pays au centre de découvert et de service puisque beaucoup d’endroit dans le parc dont celui-ci ne sont pas dans l’offre régulière.

Petite vidéo amusante du copain JYPY à propos de notre sortie!

En ce dimanche matin, le stationnement est rempli de voitures et le sentier en direction du Ernest est durci par les skieurs et les raquetteurs. Grâce à de l’info de l’ami Jean-Louis, nous quittons  « la trace » pour se diriger en direction du Mont Macoun. Ce que nous savions déjà, c’est que tout ce secteur aurait été ravagé par un incendie en 1957 et est majoritairement très dégagé. Il est facile d’y skier dans la direction désirée en se faufilant entre les bouleaux et les sections peuplés de conifères. À part Jean-Pierre qui, sage met les peaux d’ascensions, Chantal, Marc et moi pourront gravir nos 2 sommets (Macoun et le sans nom officiel officieusement appelé Ti-coun!) simplement grâce aux écailles de nos skis. On ne rencontre pas de difficulté; on utilise la prudence puisque nous sommes en montagne!

Le ciel est très dégagé et la visibilité parfaite; tout est à notre portée visuelle! Ernest-Laforce, Blanche-Lamontagne, Champs de Mars, Olivine, Hogsback, Albert, et j’en oublie! Les descentes sont lentes et sécuritaires, la neige étant abrasive. Le retour se fait doucement en prenant le temps d’apprécier ce que nous voyons et le calme du secteur. On pense déjà à un prochain passage d’exploration! Retour au stationnement après notre boucle de 10 kilomètres. Quel bonheur!!!

Fichier GPX pour votre GPS

13Fév/20

PARCOURS: Le tour des Champs de Mars – 13km (ski de fond hors-piste)

Rarement ai-je besoin de 3 sorties d’exploration pour arriver à pondre un parcours de ski de fond hors-piste. La première, en compagnie de mon ami Marc a fait germer l’idée de faire le tour de cette belle montagne qu’est Les Champs de Mars grâce à la découverte d’un sentier du côté Ouest. La seconde, en compagnie de Chantal a permis de valider d’utiliser la montée de Blanche Lamontagne et de poursuivre vers le nord afin d’approcher le Ruisseau Castor. La troisième, encore avec Marc aura permis de connecter les 2 portions en dévalant doucement un flanc du Macoun dans une boulinière (Une boulaie ou  boulinière  est une forêt où prédomine le bouleaupuis en traversant le Ruisseau Castor.

En pratique, on obtient une belle boucle de longueur raisonnable qui débute dans le stationnement des Champs de Mars / Blanche Lamontagne sur la route 299. Je recommande d’effectuer la randonnée de 13 kilomètres dans le sens horaire afin de descendre dans la boulinière plutôt que de devoir y monter ses 140 mètres de dénivelé en moins de 1 kilomètre. L’ascension du flanc ouest des Champs de Mars peut nécessiter les peaux dans certaines conditions de neige. Au point le plus élevé de la grimpette, la vue sur le Macoun nous permet de comprendre pourquoi les amateurs de descentes s’y rendent; Il offre des sous bois de bouleau très dégagé. Ceux-ci nous permettent de descendre sécuritairement vers le Ruisseau Castor. Soyez prudent, il faut le traverser; il est actif! On remonte ensuite très doucement dans un chemin sur le flanc de Blanche Lamontagne pour redescendre vers le stationnement. La vue sur les Champs de Mars et ses champs de neige est à plusieurs reprises impressionnante.

Je suggère fortement l’utilisation du GPS puisque l’affichage est presque inexistant sur l’ensemble du parcours et il est très facile de suivre des traces de ski qui nous dirigent au mauvais endroit. Une petite portion du parcours se trouve dans le Parc de la Gaspésie et nécessite d’obtenir une autorisation d’accès à l’arrière-pays à l’accueil du Centre de découverte et de services. La plus grande partie se trouve dans la Réserve Faunique des Chic-chocs par contre.

Je tiens à remercier l’ami Jean-Louis pour ses suggestions afin de boucler le parcours.

Fichier GPX pour votre GPS

05Fév/20

TOURISME: La traversée Inter-Centre des Laurentides (OUCH!)

Crédit photo: Jean-Paul Croteau (zone.ski)

Comme  l’explique très bien Jean-Paul Croteau de Zone.ski, la Traversée de L’Inter-Centre, est un événement sur invitation. Chaque nouveau participant doit être parrainé par un skieur l’ayant déjà réalisé. Comme pour la TDL (Traversée des Laurentides), une randonnée de plusieurs jours encore plus difficile, le parrainage aide à intégrer des nouveaux ayant le potentiel de passer au travers. Pour L’Inter-Centre du samedi 25 janvier 2020, entre 70 et 80 skieurs prenaient le départ avec un objectif maximal de 33 kilomètre et plus de 1300 mètres de dénivelés en passant par les montagnes, Noire, Blanche et Grise dans les municipalités de Lac-Supérieur, Val-Des-Lacs et Saint-Donat dans les Laurentides.  Nous étions les skieurs ayant parcouru la plus grande distance pour participer soit environ 750 km pour moi (Matane) et 650 km pour Chantal (Rimouski)

Comment j’ai vécu ça? Réveil avant 5h du matin, préparation, 1h30 de route, transport de groupe en autobus, ça va vite! Enfin sur les skis, ce sera le plus facile surtout avec cette douce température; erreur! L’ascension de la Noire sur 4 km, nécessitera les peaux pour nous les skieurs sur écailles afin d’éviter de perdre nos bras avant la seconde montagne. Nous ne sommes pas les derniers au sommet ou presque. Normand nous prévient que la descente est super le fun avec beaucoup de virages. Incroyable! J’ai l’impression de skier une piste de Bobsleigh! Ça vire de tous les côtés et il ne reste presque plus de neige vierge pour se ralentir. Les locaux rient, crient et se tapent sur les cuisses en passant du chasse-neige aux virages télémark sur leurs skis étroits à fartage. Je regrette amèrement d’avoir choisi mes longs skis de 1,95 mètres et de ne pas avoir regardé au préalable quel sera le terrain. Je bougonne un peu et me prend 2 bonnes chutes.

L’ascension de la Blanche est un peu plus facile. Elle offre une superbe vue au sommet et sa descente est plus raisonnable même si les cuisses paient sérieusement pour l’effort soutenu.  L’arrêt au refuge du Lac à l’appel permet la recharge des batteries. Il devient clair pour moi que j’opterai pour le côté moins pentu du circuit de la Grise afin d’éviter une autre descente épique, à la frontale cette fois par surcroit. Le choix sera judicieux avec une fin agréable à la noirceur et plus de 7 heures de ski. Ouf!

Ma conclusion? Un bon coup dans les dents pour mon orgueil. J’avais sous estimé le terrain. Je croyais que ce serait assez plat et que les descentes seraient faciles. Pour la forme physique, j’étais conscient que je serais limite, conséquence de mes courtes sorties d’entrainement. Par contre, j’ai été impressionné par le territoire skiable ainsi que son organisation/balisage ET SURTOUT j’ai adoré la camaraderie des amis skieurs rencontrés. WOW!

Et comment ma complice Chantal a trouvé son expérience?

L’Inter-Centre, une aventure humaine hors du commun à plus de 600 km de mon terrain de jeu habituel: une rencontre avec la crème de la crème des skieurs hors piste du Québec! Les infatigables skieurs des Laurentides avalant des km et des km sur leurs skis fartés dans un terrain rendant honneur à tous skieurs expérimentés et surtout un peu casse coup. Pour ma part, je vous dis à la prochaine, et ce sera pour la grande messe des skieurs, la TDL. Cette fois là, j’y serai un peu plus préparé physiquement. Je serai l’infatigable bas-laurentienne sur ces skis avec écailles ! C’est le corps encore tout courbaturé que je vous salue, participants de l’Inter Centre qui ont gravi les trois sommets. Ce fut un privilège de skier à vos côtés (Note : TDL, ne pas confondre avec la TDLG. La TDL s’adresse à des skieurs expérimentés ayant une forme physique remarquable – à moins d’être originaire des Laurentides!)

Des remerciements particuliers à Jean-François et Nadine pour nous avoir héberger le 24 janvier, Normand et Hélène pour nous avoir héberger le 25 janvier, Normand pour son parrainage, Francine, Dominic, Nicolas, et tous les autres amis pour l’accompagnement et le plaisir!

Fichier GPX de notre traversée Inter-Centre 2020

30Jan/20

Les pistes de ski de fond (classique) de l’Igloo à Matane (19km)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je n’avais pas monté sur mes skis de fond classique depuis quelques années. Je voulais tester le Grip Tape de Start ce matin. J’ai été agréablement surpris par le produit mais aussi par les pistes du Club de ski de fond de Matane (Igloo). Un tour complet c’est 19 kilomètres! Et tout ça en double trace en forêt. Ça va vite des skis de classique? Oh que oui! Nous sommes gâtés par tout ce que peut offrir le secteur de l’Igloo à Matane; ski de fond classique et patin, raquette, ski-raquette, ski hors-piste, fat bike. L’hiver sera encore trop court!!!

Fichier GPX pour votre GPS

14Jan/20

Parcours: Boucle Forêt Macpès et point de vue en plongée! (ski hors piste) – 10km

La forêt d’enseignement et de recherche de Macpès est un autre secteur de l’arrière pays de Rimouski ayant beaucoup de potentiel. Nous y sommes passés à quelques reprises à vélo et avec l’info d’un ami à propos d’un point de vue intéressant, Chantal était inspirée pour la planification d’une belle boucle relaxe (peu de dénivelé) de 10 kilomètres. On rejoint le stationnement  en empruntant et se rendant au bout du chemin Saint-Joseph dans le village de Sainte-Blandine. Attention, les deux derniers kilomètres sont déneigés mais pas aussi fréquemment que le tronçon entre le village et la coopérative de ski de fond Mouski. Soyez prudent! Notez, que le point de vue est situé a seulement 3 kilomètres du stationnement.  L’aller-retour se fait rapidement!

Pour nous, le départ et toute la randonnée se feront sous une neige à bonhomme. Nous skions dans un chemin de largeur moyenne plus agréable que prévu. Des traces de skis nous aideront à atteindre le point de vu; elles confirment le tracé de Chantal. Il est à couper le souffle ce point de vu! Une forêt de pins espacée qui s’ouvre sur une falaise; la Rivière Rimouski se révèle en contre-bas! Wow!!!

Nous retournons sur nos pas pour quelques centaines de mètres et empruntons un autre chemin puis un sentier très agréable en direction du Lac Labbé. Nous revenons à la voiture pour compléter la boucle. Ça colle sous les skis sur la fin… Merci à Chantal et Régis pour la belle randonnée!

Fichier GPX pour votre GPS

02Jan/20

Sentiers FAT bike 2020 du Club de Vélo Éolien de Matane

Le Club de Vélo Éolien de Matane pour 2020 fait l’entretien de 8km de sentiers pour FAT bike. Venez vous amuser! C’est du pur bonheur! Pas de côtes abruptes ou de section très technique, tortueux par moment et presque toujours à couvert donc le vent n’est pas présent. 2 vélos sont disponibles en location au Club de ski de fond de Matane (sur place). Réservez au (418) 562-2005.

Fichier GPX pour votre GPS

31Déc/19

Parcours: Mont de l’Aigle en Gaspésie (ski hors piste) – 11km

Toujours à la recherche de nouveaux parcours de ski de fond hors-piste et avec une visibilité qui s’annonçait moyenne, quoi de mieux que l’exploration? Suggestion de l’ami Nelson, le secteur à peine dépassé le Mont Hog’s Back offrirait beaucoup de potentiel. Et ce fut au delà de nos espérances!

Vous êtes dans le secteur du Mont-Albert dans le Parc de la Gaspésie, vous vous cherchez un parcours pas trop long avec de la vue sur les montagnes? Le Mont de l’Aigle offre tout ça! Roulez sur la route 299, dépassez le mont Hog’s Back et la route du lac Ste-Anne. L’idéal est de laisser la voiture dans le stationnement en face du dépôt d’abrasif juste passé le début du parcours. Si vous voyez un des conducteurs de déneigeuses, mentionnez que vous laissez votre véhicule; ils sont très gentils!

Le tracé entre dans la Réserve Faunique des Chic-chocs pour quelques centaines de mètre puis demeure en territoire publique (TNO). L’ascension se fait tout en douceur au début dans une forêt mature et plus tard dans une forêt plus récente avec l’avantage de dégagé la vue vers les montagnes du secteur (Hog’s Back, Lyall, Pic Sterling, etc…). N’hésitez pas à vous tourner vers l’arrière pour ne rien manquer! La dernière portion d’ascension pour le sommet du Mont de l’Aigle est plus pentue mais faisable sans peaux. Il est possible d’ajouter des kilomètres à l’aventure en explorant les autres chemins croisés. Soyez prudent, les possibilités sont sans fin mais votre journée ne l’est pas!

Le retour se fait rapidement. Les descentes sont douces et le chemin est large. Pour nous, les conditions de poudreuse étaient un moment de pur bonheur!

Fichier GPX pour votre GPS

24Déc/19

TOURISME: Boucle Petit Lac Alfred et Montagne St-Pierre – 12km

Convaincu que la Montagne St-Pierre à la Rédemption a encore plus à offrir pour le ski de fond hors-piste si on se donne la peine de l’explorer, nous avons tenté une nouvelle boucle tracée par Chantal, inspirée de notre passage à vélo à l’été 2018.  Plutôt que d’arrêter  la voiture au stationnement habituel pour les skieurs, nous l’avons stationné au bout du 4e rang. Impossible de se rendre plus loin en véhicule sans chenilles. En ce 6 avril 2018, la neige sera encore agréable sous nos palettes!

5 km d’ascension via la piste des motoneigistes hors-piste sont nécessaires pour atteindre une altitude d’environ 800 mètres. Comme on monte sur le sentier d’été des VTT, la largeur restreinte empêche les motoneigistes de se laisser aller à leurs acrobaties ce qui nous fournit un chemin damé tout à fait acceptable. Nous utilisons les peaux plus pour le confort que par nécessité. Au sommet, près des Éoliennes, nous utilisons les chemins, les bûchers et un sentier pour passer par le Petit Lac Alfred et redescendre à notre point de départ; randonnée très agréable qui vaut le déplacement.

Cette Montagne St-Pierre n’arrête pas de nous étonner!

Fichier GPX pour votre GPS

17Déc/19

TOURISME: La Vallée Taconique c’est aussi pour le ski de fond hors-piste!

premier arc-en-ciel hivernal

Toujours à la recherche de nouveaux endroits dans notre coin de pays afin de satisfaire notre appétit pour la découverte et le plaisir de pratiquer le ski de fond hors piste, c’est vers la Vallée Taconique que nous avons tourné notre attention pour notre premier séjour en refuge de la saison. Située au Mont-Saint-Pierre en Haute-Gaspésie, la Vallée Taconique est un endroit mythique pour les skieurs hors piste qui dévalent les pistes de la montagne sur un manteau neigeux pouvant atteindre 6 mètres de neige annuellement. Comme lors de notre séjour chez Vertigo Aventures il y a presque 2 ans, nous avons approché les propriétaires, David et Marie-Anne afin d’utiliser le refuge comme tremplin d’exploration pour le ski de fond hors piste en dehors de la saison pour les skieurs de descente . En effet suite au redoux des dernières semaines, pas question d’effectuer des descentes dans les pentes vu l’épaisseur de la neige au sol. Ainsi, les propriétaires et le personnel ont été très heureux de nous permettre la location du confortable et accueillant refuge pour un séjour de 2 nuits et de bénéficier du transport de bagages.

(Photo gracieuseté Vallée Taconique)

Jour 1

Ayant comme plan une sortie par Mont-Louis  le jour 3, nous devons aller stationner un véhicule au stationnement de La vallée des Pins Blancs. Notre départ est un peu plus tardif qu’à l’habitude puisque les quatre expérimentés skieurs de fond hors piste que nous sommes, montons sur nos skis vers 11h; un peu tard pour les 17 kilomètres d’exploration prévus et la noirceur qui arrive vers 16h. Il faut mentionner que le plan ultime était de longer la rivière Branche de l’Est en empruntant un sentier qui a existé jadis et toujours présent sur certaines cartes. Ensuite, sur le plateau après 240 mètres d’ascension en moins de 2 kilomètres, nous prendrions les chemins en passant par les lacs Lemieux et Turcotte. Le plan a changé pendant l’exploration cependant. Avec sagesse, mes 3 amis ont préférés jouer de prudence puisque qu’après avoir débuter l’ascension dans une superbe érablière, le dit sentier ne semblait plus exister et la rivière n’étant pas gelée, nous ne pouvions changer de côté au besoin. Je suis resté sur ma faim mais je ne suis pas toujours le plus sage… Plutôt que revenir sur nos pas et de descendre vers du connu, il nous restait un peu du goût du défi bien présent chez les exploreux. Avec de la chance, une traverse dans la direction opposée pourrait nous diriger directement dans une piste de descente et il serait simple de la gravir avec les peaux! Ça na pas fonctionné non plus! Après du boot pack qui se termine dans un cul de sac (une coulée infranchissable), là nous rebroussons chemin pour de vrai et nous attaquer à la piste officielle qui mène au refuge de la Vallée Taconique; 2 kilomètres d’ascension abrupte très très soutenue qui se termineront à la frontale! Le refuge est superbe, confortable, bien équipé. C’est le parfait camp de base et le complément idéal à une bonne journée de ski qui se termine par une choucroute à la bière et du vino.

Jour 2

Le dodo fut réparateur pour ma part et ce grandement grâce au dévouement de l’ami Daniel qui alimentera le poêle aux heures. L’ami Nelson nous permet de débuter la journée avec des crêpes, du sirop d’érable, des fruits, etc. Le plaisir est autant dans la bouffe que dans la glisse!!! Le projet du jour 2 est de faire une belle grande boucle sur le plateau en longeant la Réserve écologique de Mont St-Pierre puis se diriger vers les lacs Turcotte et Lemieux. Encore une fois, nous nous adapterons puisque notre tracé original comportait une incohérence. Suivre la Réserve écologique est très agréable et on réalise que c’est une partie de ce qui a été appelé dans le passé le Sentier de la Vallée Taconique, un des sentiers créés semble-t-il il y a quelques années. Nous suivrons également des sections d’un autre sentier, celui de l’orignal. Lui, on le connait pour l’avoir pédalé en partie pendant l’été. Comme on s’approche du refuge pour l’heure du dîner, un arrêt pour manger au chaud ne déplait à personne! Notre avant-midi nous aura offert une boucle de près de 10 kilomètres.

Plutôt que d’opter pour la sieste, Chantal, ma complice d’aventure, créatrice de tracé et moi tenterons une boucle autour des lacs Lemieux et Turcotte. On se la bricole « sur le fly » et si on enlève un 200 mètres de « plein bois » ce sera une réussite! Il est incroyable ce terrain de jeux. La portion boisée près des deux lacs est même bucolique. Nous sommes de retour au refuge à 16h45, après une autre boucle de 10 kilomètres encore une fois à la frontale. La fondue, le vino et les belles discussions remplissent une deuxième soirée agréable dans cet environnement tellement ressourçant.

Jour 3

Au réveil nous constatons les dommages de la pluie tombée durant la nuit. Heureusement, la vue d’un arc-en-ciel au coeur de la vallée du Mont-Saint-Pierre nous réconcilie avec ce constat.  La neige étant gorgée d’eau, les conditions de glisse risquent d’être aléatoires. Daniel et Nelson sont catégoriques pour l’emploi du plan B soit de descendre par le court sentier de la montée vers le refuge même s’ils pourraient devoir enlever les skis. Chantal et moi ne voulons pas déroger du plan A, à moins de devoir revenir sur nos pas par manque de neige; nous sortirons par la vallée de Mont-Louis. Dès nos premières poussées de bâtons sous le soleil et une température printanière, il est clair que nos skis se déplacent aisément; la grip est bonne et la glisse acceptable. Nous suivons le « Sentier de l’orignal » sur plusieurs kilomètres en passant encore une fois par les lacs Lemieux et Turcotte. Plutôt que continuer vers le sud en direction de la Réserve Chic-chocs, nous bifurquons vers l’est pour la frôler et monter sur la route de la rivière de Mont-Louis Ouest en direction du fleuve. On traverse le pont, montons un peu et débutons la descente du chemin « Camp 4 » avec appréhension. Ce chemin n’est pas très large, la pente assez soutenue et la marge de manoeuvre inexistante d’un côté l’escarpement rocheux de la montagne et de l’autre un précipice dans lequel coule la rivière du Mont-Louis Ouest. Par chance, la glisse est médiocre. Impossible d’enchaîner 2 virages sans risquer l’arrêt en pleine pente! Une section est même libérée de sa neige nous obligeant à déchausser nos skis. Arrivés au pied de la côte, la traversée du pont est même amusante et demande un certain équilibre.

Nous poursuivons en espérant le dernier refuge des sentiers de La vallée des Pins Blancs pour déguster notre sandwich. La température est tellement agréable que nous « chillons » dehors plutôt qu’à l’intérieur. Les derniers 5 kilomètres paraissent un peu long malgré la beauté du secteur. Après 20 kilomètres, nous sommes de retour à notre véhicule, immobile dans le stationnement glacé. Les dommages de la pluie de la nuit sont beaucoup plus visible au niveau de la mer. Mission accomplie! Nous avons déjà envie à un prochain séjour à la Vallée Taconique de Mont St-Pierre.

Nous remercions David et Marie-Anne, propriétaires de la Vallée Taconique de nous avoir donné cette opportunité et Robert, le motoneigiste pour le transport des bagages.

CLIQUEZ sur les photos pour visualiser en grandeur réelle.