Tag Archives: Bikepacking

02Oct/18

Présentation des produits Revelate Designs

Nous vous annoncions dernièrement la distribution des excellents produits de bikepacking Revelate Designs. Nous avons utilisé le plupart des produits pendant l’été et n’avons pas été déçu. Tout est d’une qualité et d’une ingéniosité au delà de nos attentes!!! Voici une courte présentation des sacs Ranger + Mag Tank (cadre), Harness + Salty Roll + Egress + Mountain Feedbag (guidon) et Terrapin System 8L (selle). Ils sont d’une complémentarité et d’une versatilité incroyable. Venez les voir!!!

20Sep/18

ANNONCE: Maintenant distributeur des produits Revelate Designs!

Nous sommes fier d’annoncer que nous distribuons maintenant les excellents produits de bikepacking Revelate Designs. Nous avons utilisé le plupart des produits pendant l’été et n’avons pas été déçu. Tout est d’une qualité et d’une ingéniosité au delà de nos attentes!!! Vous voulez ce qu’il y a de mieux pour vos voyages de vélos ou pour vos déplacements? Pensez Revelate Designs!!! Les stocks varieront selon la disponibilité chez le fabricant et de la demande.

13Août/18

Bikepacking: Gros-Morne en bikepacking…à la prochaine !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Texte: Chantal Quintin

4e sortie de bikepacking de l’été ! Quoi de mieux que d’explorer les vallées de la Haute-Gaspésie. L’année dernière, une boucle par les vallées de Marsoui et de Rivière à Claude nous avait grandement impressionnée. Ayant en tête cette aventure nous nous lançons cette fois ci vers les vallées de Manche d’Épée et de Gros-Morne (à ne pas confondre avec le Gros Morne de Terre-Neuve). Manche d’Épée est reconnue pour sa réserve écologique de 573 ha. Quant à Gros-Morne, Guy et moi n’avions aucune idée sur ce qu’elle pouvait nous réserver. Pour notre boucle, je trace sur un fond de carte ce qui est pour moi une valeur sûre, un chemin longeant chacune des vallées. Cette valeur sûre fut toutefois remise en question et ce dès la première journée de notre aventure !

Jour  1- Manche d’Épée vers le Lac au Diable

Premier objectif, la vallée de Manche d’Épée, jusqu’au Lac au Diable et possiblement campement le long de la Rivière-Madeleine. Les premiers kilomètres sont magnifiques et faciles à rouler, jusqu’à ce que nous atteignions une signalisation indiquant pont fermé !!! Nous continuons malgré tout (nous avons déjà rencontré des embuches qui nous apparaissaient pire que celle-ci: notamment des barrages de castor). À l’endroit du pont il y a longtemps disparu, la traversée de la rivière n’est pas problématique. Il n’y a qu’un mince filet d’eau dans le lit de la rivière. C’est toutefois le talus que nous devons franchir pour continuer notre chemin qui est plutôt imposant. La force légendaire de Guy se confirme. Il réussit à monter nos vélos chargés sur un talus instable (avec quelques sacres !). C’est à partir de ce point que la suite de notre parcours se complique. La présence d’herbe au genou et même parfois à la taille, le ravinement du sentier engendré par un régime torrentiel des cours d’eau nous amène à pousser les vélos sur plusieurs kilomètres. Arrivée au premier lac, nous apercevons un chalet et heureusement pour nous il y a présence de vie humaine  . Le propriétaire nous informe que le chemin que nous voulons emprunter n’est plus praticable et ce depuis un bon moment ! Il nous conseille de suivre le chemin des éoliennes. Nous remontons sur nos vélos, avec en prime une vue sur les montagnes et les éoliennes. Nous nous rendons sans problème au Lac au Diable, une destination de villégiature connue par la pourvoirie du Camp de la Haute Madeleine. Malheureusement, la présence de nombreux chalets privés rend difficile son accès. Nous pouvons tout de même constater, comme le gardien le mentionnait que son eau est froide et turquoise. Nous continuons notre route vers la ZEC de la Rivière-Madeleine. Cette destination sera la dernière de notre journée. Nous trouvons un endroit magnifique pour passer la nuit le long de la rivière. La température de l’eau est parfaite pour la baignade et nous avons droit à un spectacle d’étoiles filantes (les perséides)!

Jour 2 – Gros-Morne suivi par Manche d’Épée pour retourner à l’endroit où nous avions laissé le véhicule.

La montée de la Rivière-Madeleine vers la route de l’Anse-Pleureuse menant à Murdochville est sportive. Heureusement les chemins improvisés que nous empruntons sont en très bonnes conditions. Nous avons décidé d’opter de rouler sur des chemins forestiers au lieu de suivre mon tracé afin de ne pas revivre notre première journée. Je retrouve ainsi le sourire de Guy lors d’une superbe descente sur près de 10 km dans la vallée de Gros-Morne. À la mi descente je me rends compte que j’ai perdu mon GPS !  Nous effectuons le chemin inverse mais Guy monte en flèche et fait quelques kilomètres de plus  que moi pour retrouver  le GPS, FIOU !

Gros-Morne est notre coup de cœur de l’aventure et ce pas seulement pour la descente. Cette vallée nous offre des points de vue magnifiques sur les montagnes avec un passage de quelques kilomètres dans une érablière. Ce secteur nous donne du courage pour la dernière étape de notre journée la montée entre Gros-Morne et Manche d’Épée par le chemin du SIA sous un soleil de plomb où nous suons notre vie.
Ces deux journées en bikepacking furent remplies de surprises. La vallée du Gros-Morne est notre plus grande surprise de par sa qualité de sentiers et sa diversité de paysages. Nous avons également été surpris de la quantité de chemins que nous avions croisés. Ceux-ci nous réservent sans aucun doute d’autres belles surprises. Toutefois la connaissance du territoire est un incontournable. Ainsi Gros-Morne et l’arrière-pays de la Haute Gaspésie, à la prochaine fois !

NOTE: Il serait beaucoup plus aisé d’atteindre le Lac au Diable via Le chemin du lac au Diable, accès via la 132 à mi-chemin entre Manche d’Épée et Madeleine  plutôt que de monter dans la vallée de la rivière de Manche d’Épée.

Tracés GPX pour votre GPS

Jour 1

Jour 2

 

07Août/18

Bikepacking: La traversée de l’érablière du massif Logan-Coleman

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ayant skiés l’hiver passé dans l’érablière au pied des monts Collins et Coleman (Réserve faunique des Chic-Chocs), certaines questions demeuraient sans réponses. Le secteur à l’est du ruisseau Côté est-il accessible ? Existe t-il un chemin longeant la limite de la réserve Fernald? Est-il possible d’approcher le lac Windsor, au pied du Mont Logan ?

C’est avec ces questionnements en tête et probablement de quelques autres, ma complice Chantal a tracé un parcours prometteur en y investissant quelques heures. Le plan original de la première journée est de suivre la Petite rivière Cap-Chat (un affluent de la rive sud-est de la rivière Cap-Chat) et de remonter par la coulée du lac Windsor. La montée vers un ancien chemin de la Petite rivière Cap-Chat est magnifique. Cette rivière nous réservera quelques surprises en raison de son dynamisme (chemin sectionné par le mouvement du lit de la rivière et glissements de terrain). Je manquerai une courbe et nous ferai suivre le ruisseau des Adolphes, une montée plus abrupte que la coulée du lac Windsor. Comme notre curiosité pour le lac Windsor est grande, nous descendrons une bonne partie de la coulée du même nom plutôt que de manquer un point de vue.

À l’approche de la limite du Parc de la Gaspésie, après quelques tentatives d’exploration de sentiers en dehors de la route de vtt, il est clair que le lac Windsor ne peut être atteint en vélo, et ce bien que nous sommes à moins de 2 km d’approche. Il est dépassé 18h et nous décidons de passer la nuit près d’un camp de chasse avec une vue impressionnante sur les montagnes.

La vue sur les montagnes est superbe (elle nous donna même un point de vue unique sur le Logan) et le demeurera jusqu’à ce que nous leur tournions le dos en fin d’après-midi, sur la route de la rivière Cap-Chat, direction nord, pour le retour à l’auto. Nous reprenons la route de VTT qui nous apparaît rapidement peu utilisée à abandonnée; les ponts n’existent plus et nous traversons à gué à plusieurs reprises. Nous remplissons nos bouteilles dans le ruisseau Ouellet, qui prend sa source en altitude et donne le nom au Bol à Ouellet, connu des amateurs de glisse. Les côtes de ce secteur longeant la Réserve écologique Fernald sont abruptes. Nous croisons le sentier que nous avions emprunté cet hiver en ski. Facilement skiable en hiver, cette portion du sentier au pied des monts Collins et Coleman s’avère difficile en vélo. Elle est une répétition de trous boueux piétinés par les orignaux et de foin long dans une superbe érablière.  Après quelques heures d’une avancée lente sous un soleil de plomb en compagnie de frappe- à -bord, l’érablière devient commerciale et le sentier lui devient route de gravier avec un dénivelé négatif.  Une agréable baignade dans la Cap-Chat agrémenta le long retour de 28 kilomètres sur le chemin de la rivière.

03Juil/18

ÉQUIPEMENT: Une bonne chaussure de vélo polyvalente – Shimano MT7

Après plus de 10 ans de bons et loyaux services, je devais remplacer mes chaussures de vélo Specialized. Je ne voulais pas d’une chaussure de performance mais une qui me permettrait d’être confortable lors de mes sorties de bikepacking, de gravel bike et de montagne tranquille. Il y avait 20 ans que je n’avais pas posé le pied dans un soulier Shimano. Je chaussais du 42 depuis toujours mais depuis quelques années, il arrive que je doive monter dans du 43. Essai du Shimano MT7 dans le 42? Beaucoup trop serré! Le MT7 dans le 43? Un peu grand!!! Et avec une fausse semelle supplémentaire? PARFAIT! J’adore le système BOA; l’ajustement est exactement comme on le veut à tous moments. Ils se nettoient bien.

Et confortable en marchant? Très!! La semelle accroche bien le sol inégal. Le plus surprenant? Ils sont parfaits avec des pédales plates MÊME en laissant les cales SPD. Je les utilise pour mes voyages de bikepacking, pas clippés. La gomme a juste la bonne densité. Ils dépassent et de loin les souliers de marche en montagne que j’utilisais depuis 2017. Les Shimano MT7, recommandés!!

27Juin/18

Bikepacking: Un tour des tours des monts Notre-Dame (Bas St-Laurent)

Texte et photos: Chantal Quintin

La montagne Saint-Pierre et le mont Val d’Irène sont reconnus pour la glisse, mais qu’en est-il pour le bikepaking ?  Une balade en ski de fond hors piste sur la montagne Saint-Pierre et une journée de glisse en alpin sur le mont Val d’Irène cet hiver m’ont permis de constater qu’il y a une quantité phénoménale de chemins signifiant un fort potentiel pour le bikepacking 🙂.  Ainsi avec une longue fin de semaine de congé devant nous, nous envisagions Guy et moi d’explorer ce secteur.

La préparation est de mise. Devant l’ordinateur, je tente de faire une boucle reliant des segments de chemin qui pourraient être empruntés par nos vélos. Le point de départ et de retour est le village de La Rédemption. Une boucle totalisant près de 70 km pour deux jours, en passant par la Montagne Saint-Pierre (la tour d’observation Val-Marie, 906m), Val d’Irène (la tour d’observation, 686 m), le mont météo (le radar météo, 700 m). Le tout me semble réaliste. J’ai même quelques extras au cas où (la montagne Pierre-Brochu, ce qui ne fut pas une très bonne idée finalement !!!).

Nous débutons notre première journée sachant que nous avons un dénivelé positif d’environ 500 m qui nous attend sur les 7 premiers kilomètres. Un coup de pédale à la fois, on croise deux charmants messieurs en VTT qui nous trouvent un peu fous et on pousse le vélo dans la fameuse côte à Boudreau. Le paysage s’ouvre de plus en plus autour de nous au fur et à mesure que nous gravissons la montagne. Les efforts sont récompensés devant l’immensité des éoliennes qui nous entoure et la vue au sommet de la tour Val Marie. Nous voyons au loin Val d’Irène, notre prochain objectif de la journée. Une belle descente sur des chemins forestiers nous permet de récupérer de notre ascension. Nous arrivons au pied de la montagne pour notre seconde ascension de la journée. Le sentier est étroit traversant une érablière. C’est magnifique et ça nous donne de l’énergie pour atteindre notre 2e sommet de la journée.

La deuxième journée, beaucoup moins importante en dénivelé positif que la première (bien que nous avons eu quelques petites surprises de montées), fut riche en découvertes. Le radar météo, le lac Saint-Pierre, la chute du lac Alfred sont mes coups de cœur.
Suite à nos deux journées, je constate que la montagne Saint-Pierre n’est pas seulement un joyau pour le ski de fond hors piste, mais aussi pour le bikepacking. Avec la grande diversité de chemins que nous avons empruntés (forestiers, rang, vtt) et les paysages que nous avons croisés, ce secteur est magnifique à parcourir…. pour ceux et celles qui aiment les ascensions!

Merci à Chantal pour la création à l’aide de notre nouveau fond de carte Trakmaps d’un autre parcours très amusant! Il y a de belles sections de piste de VTT ou le plaisir de rouler à vélo de montagne est très présent.

Guy

Fichier GPX pour votre GPS

NOTE: Utilisez ce tracé en toute responsabilité; il emprunte par moment des sentiers de VTT officiels où les vélos ne sont peut-être pas bienvenus.

26Juin/18

ÉQUIPEMENT: Essai du sac de selle Topeak Backloader 15L (p2)

Amateur de bikepacking depuis plusieurs années, j’ai utilisé plusieurs méthodes pour le chargement arrière. Ces solutions faisaient le travail mais rarement de façon idéale. En 2018, j’ai décidé d’aller de l’avant et de faire l’essai du Topeak Backloader 15L (voir la partie 1 pour le dévoilement). Conclusion? J’aime beaucoup! Il est très flexible d’utilisation et offre une bonne stabilité sur le vélo. La version 15 litres (modèle vu dans la vidéo) se vend 125$ et offre un volume de chargement élevé pouvant poser problème avec certains vélos dont la selle est plus près du pneu. La version 10 litres de 105$ pourrait être un meilleur choix à ce moment ou si vous savez que vous voyagez léger. J’approuve et suggère le Topeak Backloader!

NOTE: Après essai, si vous n’avez pas besoin de 15 litres de volume, utilisez la version 10 litres; elle est plus adéquate pour un volume moyen. Ça fonctionne quand même mais c’est moins stable même en compressant la charge.

 

 

23Juin/18

Autre apparition dans le Vélo Mag! – Privilège

Pour une seconde fois en quelques mois, j’ai le privilège de me retrouver dans le Vélo Mag; après le gravel bike, je jase de bikepacking. J’y donne mon humble avis sur divers aspects de cette pratique que j’affectionne particulièrement. Merci à Maxime Bilodeau pour l’entrevue et à mes clients de me faire confiance!  Cliquez sur l’image pour lire l’article!

19Juin/18

ÉQUIPEMENT: Essai du sac de guidon Topeak Frontloader

Amateur de bikepacking depuis plusieurs années, j’ai utilisé différentes solutions bricolées pour le chargement à l’avant, passant du harnais cousu au harnais de plastique avec courroies. Bien que fonctionnelles, comme pour l’arrière du vélo, je ne m’étais pas permis l’achat d’un vrai produit adapté pour l’avant, plus simple et plus léger. Bien que mon dernier bricolage est très solide et superbement stable, j’avais envie de faire l’essai du Topeak Frontloader afin, idéalement, de pouvoir offrir un produit commercialement disponible. Conclusion? C’est un très bon produit, simple d’utilisation et stable sur le vélo. Il est disponible pour 110$ incluant le sac au sec de 8 litres. Il s’ajuste bien au vélo grâce aux espaceurs inclus.  J’approuve et suggère le Topeak Frontloader!