Tag Archives: Parcours MTB

22Sep/20

Parcours: Montagne – Boucle Mont-St-Pierre et lacs Boisbuisson – 72km

Nous sommes chanceux de vivre dans une région ou l’imagination est la limite. Une fois de plus, la Haute Gaspésie est source d’inspiration; la vallée de Mont-St-Pierre peut être revisitée puisque d’autres chemins existent (et il semble que nous devront encore y retourner!). Cette fois, bikepacking à trois avec ma complice Chantal Q. et le nouvel ami Sébastien C; toujours incertain de s’élancer dans de l’exploration avec une personne inconnue. On peut tout de suite mentionner que notre trio fonctionne à merveille; nous sommes très synchro!

L’ascension du Mont-St-Pierre (belvédère) par la route du Chemin du lac Lemieux est une épreuve en soi; ça monte un peu sec et sur assez long. Ce n’est pas facile avec des jambes encore froides. Par contre, déguster son sandwich en surplomb de la baie du village avec sa vue grandiose, ravive le moral pour reprendre la route. On parle de gros chemins de gravel pour cette route Lemieux; c’est roulant et le panorama est pas mal. Un petit arrêt baignade et remplissage de bouteille au lac Lemieux sont très appréciés avec la chaleur soutenue de cette journée. Le croisement de la ligne électrique me fait un grand plaisir: j’ai regardé à plusieurs reprises ce secteur, via l’autre côté de la vallée avec un espoir dissimulé de passage. La découverte des lacs Boisbuisson (de 1 à 6) est une première pour moi. L’entre 1 et 2 sera le bivouac du soir de notre trio pour un début d’exploration hâtive en 2e journée. Le calme est roi si ce n’est les jappements de coyote en soirée.

Après un bon déjeuner, nous reprenons la route. Nous sommes rapidement sur la route 20 de la Réserve Faunique Chic-chocs. Nous nous engageons sur un chemin secondaire. Note importante: vous retrouvez au bas de cet article un parcours vérifiés et utilisables n’incluant pas ce chemin secondaire. Pour nous, ce sera une tentative ratée de découvrir un passage qui n’existe plus, avec la conséquence de rebrousser chemin après 15 kilomètres d’ascension et de descente pour un aller-retour de 30 kilomètres. C’est ça aussi le bikepacking.  Retour sur la route 20 sous la pluie puis une descente épique de la route 2 vers Mont-St-Pierre. Ça va vite et le coup d’oeil vers les montagnes qui encaissent la rivière est impressionnant. Nous revenons dans le village sous un soleil très chaud tellement que la baignade dans l’eau fraîche du fleuve est une priorité! Ce fut une belle fin de semaine d’exploration pour notre trio. Sans oublier que nous devrons retourner dans ce secteur; il va où l’ancien sentier de la galène après la pancarte… pourquoi une pancarte « Arrêt » au bas d’un sentier qui semble sortir du passé? Y-a-t-il moyen de passer autrement par là? Ça viendra…

Fichier GPX pour votre GPS (voir plus bas pour parcours alternatif de 52km)

Parcours alternatif :  Boucle Mont-St-Pierre – chemin Lemieux – Montagne Ronde

Parcours un peu plus court (52km) qui débute aussi par le chemin du Lac Lemieux mais redescend sportivement en passant par la Montagne Ronde via le sentier de l’Orignal, puis utilise le sentier de la rivière.

Fichier GPX pour votre GPS

15Sep/20

Parcours: Montagne – Amqui vers Matane via St-Vianney – 73km

Exceptionnellement, je propose un trajet linéaire.  Depuis quelques mois, j’avais envie de relier Amqui et Matane en vélo de montagne avec le moins possible d’asphalte. Et il y en a très très peu en pratique. Ce parcours est tricoté à partir de sentiers de VTT officiels, en grande partie partagés avec les voitures (chemins de gravier). Certaines courtes parties sont en sentiers de VTT dédiés (soyez prudent et conscient que vous êtes chez eux). On passe de la Matapédia à la Matanie avec du champêtre, du forestier, on touche au Sentier International des Appalaches, on traverse un pont couvert, on monte et on descend des pentes abruptes. Toute une ride et on croise plusieurs opportunités d’exploration! Je devrai y retourner!!!

Fichier GPX pour votre GPS

18Août/20

Parcours: Montagne – Le tour du Lac Madeleine – 50km

Bikepacking dans la réserve Chic-Chocs,… vous vous disez ENCORE et oui que voulez vous vivement le vélo en gaspésie 

Je poursuis ma lancée d’exploration dans la réserve Chic-Chocs (-j’en suis a ma 4e cet été et avec 1 129 km2 ce n’est pas le terrain de jeu qui manque !-) Cette fois-ci l’exploration se concentre autour du Lac Madeleine. Un coin que j’avais pédalé que quelques km au début de l’été et que je m’avais dit…je me dois de revenir:). Une boucle de 52 km est l’itinéraire prévu sur deux jours. Raisonnable comme distance lorsqu’on se lance sur un terrain presque inconnu. Quelques passages semblent plutôt incertains, mais je suis assez optimiste quant à sa faisabilité  (-on me considère comme une personne optimiste-).

Le point de départ et d’arrivée est sur le chemin n. 35 à l’intersection de la route Sainte-Anne a environ 15 km à l’est du Lac Sainte-Anne. C’est avec la compagnie de mon fidèle complice d’exploration Guy Bouchard que nous débutons cette première journée sous un soleil radieux. Les premiers 6 km nous offrent de magnifiques points de vue sur le Mont McWhirter (975m) (-il faudrait bien un de ses quatre que j’aille voir d’un peu plus près cette montagne-). Le prochain segment emprunte un chemin de VTT, qui traverse la montagne pour se rendre au Lac Madeleine (-un des passages incertains,car il n’est pas sur la carte de la réserve-). Un peu raviné a certains endroits lors de la descente (-pas de soucis ca roule encore-), mais rendu a la hauteur du lac Madeleine le dit sentier se referme et rapidement nous nous retrouvons dans des passages alternants saule, herbes hautes et cours d’eau où la seule façon d’avancer est de pousser (-décidément je commence à être une habitué de ce genre de sentier-). Heureusement ce fut que sur seulement 1 km, car en modifiant légèrement le tracé d’origine nous privilégions pour un chemin qui semble plus ouvert qui nous mènera sur la route n.37, puis finalement sur chemin du Lac Madeleine (-voilà une bonne décision et vivement mon gps garmin avec un bon fond de carte-). La journée se termine sur un site de camping improvisé le long de la rivière Madeleine.

Le lendemain réveille sous la pluie, la nuit a également été très pluvieuse. Quelle bonne idée d’avoir réalisé un abri de fortune (une bâche, deux vélos et des tendeurs élastiques et vivement le café au sec le matin). À l’horaire aujourd’hui environ 20 km de prévus. Ce fut plutôt un 30km, car mon tracé d’origine nous menait vers un cul-de-sac (-plus précisément un étang !!-). Bref après rectification et quelques montées soutenues et des faux plats dans de la bouette sous la pluie (-ouffff que les derniers km étaient dure sur les jambes-). Nous sommes revenusà notre point de départ pour un total près de 60km de belles découvertes. Ah non pas seulement de belles découvertes ! Nous sommes aussi tombés sur uncimetière de vieilles voitures (photos a l’appui : pneus, moteur, frame de char et même pick up au complet). Un peu malheureux de retrouver ce tas de ferraille en plein cœur de la nature et surtout loin de la civilisation ! Comment ont-elles atterri là ?

Fichier  GPX pour votre GPS

11Août/20

Parcours: Montagne – Vers les Monts Chauve, Squaw Cap et Tuzo – 42km

L’ami Nick T. avait piqué ma curiosité il y a quelques semaines avec sa balade en direction du Mont Chauve; ses photos étaient superbes! Elle était passée sous mon radar cette montagne là! Je préfère habituellement les boucles et pour celle-ci, on ne trouve pas de possibilité raisonnable pour le moment. L’aller-retour vaut le coup par contre, simplement pour les vues imprenables sur le Mont Hog’s Back, Albert Sud, Chauve, Squaw Cap, Tuzo et plus.

La route 17 de la Réserve faunique des Chic-chocs, large,  en gravier ,monte assez solidement sur fond parfois rocailleux et raboteux. Plusieurs virages rendent la conduite amusante dans les descentes et offre un panorama différent pour chacun. Après 19 kilomètres principalement en ascension, nous sommes à côté du fameux Mont Chauve. Nick T. et son partenaire l’avaient gravi mais avec de gros efforts pour traverser quelques centaines de mètres de rabougris et quelques autres dans les blocs; nous avons laissé faire pour continuer un peu plus loin et jeter un oeil sur les monts Squaw Cap et Tuzo. Il aurait été possible de se perdre plus loin tellement il y a des chemins secondaires dans le secteur; potentiel d’exploration assuré! Le retour se fait un peu plus rapidement en offrant des vues différentes mais toujours imprenables. Un beau 42km au total qui valait l’effort.

Merci aux copains Céline S., André B. et Stéphane G. pour l’accompagnement et les bonnes jasette!

Fichier GPX pour votre GPS

04Août/20

Parcours: Montagne – Boucle des lacs de Marsoui – 43km

C’est quoi la meilleure méthode pour explorer un territoire et d’y voir le plus beau? Facile!!! Trouver un « local » !!!! Merci à mon amie Céline pour le guidage efficace et les panoramas à couper le souffle offert par cette boucle qui joint 2 vallées et leurs lacs dans le secteur de Marsoui en Haute-Gaspésie. La Haute-Gaspésie… je crois que je vais m’y installer; quel terrain de jeu incroyable pour l’amateur d’exploration!

Nous sommes montés jusqu’au Lac Marsoui en longeant le rivière du même nom. Fait intéressant, le lac Marsoui se jette dans la rivière Ste-Anne Nord-Est et pas dans le rivière Marsoui. L’ascension est vraiment agréable dans cette vallée encaissée. Plusieurs petites cascades apportent une fraîcheur bienvenue. Le sandwich est apprécié en bordure du lac Marsoui et la vue offerte en direction du Petit-Mont-Ste-Anne et ses 1147m est une surprise pour moi. Ça remonte assez sec pour changer de vallée et rejoindre celle des lacs Cristal (grand et petit). On redescend doucement et longtemps vers le fleuve avec encore des points de vue imprenables.  Quelle belle boucle de 43 km! C’est même possible de tenter le coup en gravel bike.

Fichier GPX pour votre GPS

28Juil/20

Parcours: Montagne – Boucle Vallières et Blanche Lamontagne – 43km

La Réserve Faunique des Chic-chocs est pratiquement sans limite pour l’exploration et les balades de vélo de montagne. Le tour des Vallières-de-St-Réal et ses 21km  est redevenu un incontournable. ET si on voulait faire une plus longue boucle et atteindre un sommet? Ma vieille complice Chantal Q. avait cet objectif dans ses cartons depuis un bon bout. Aidé d’informations du copain Jean-Louis et d’un peu de recherche sur images satellite/Trakmaps une boucle était conçue. Déjà, je dois dire qu’elle était grandiose!!!

Départ possible du stationnement de Blanche-Lamontagne  ou du Mont Lyall. Le premier fait débuter la boucle avec de l’asphalte et le second la termine de cette façon. Les deux sont valables. Longer les Vallières est magique avec la vue sur sa longue crête et les autres montagnes environnantes. Le sentier étroit est caillouteux mais pas très difficile.  La section qui nous dirige vers la route 16, nouvelle pour nous, s’élargie doucement puisque utilisée par les chasseurs. Rouler un bout sur la route 16 n’a rien de particulier à part la très présente poussière aux croisements de véhicule. L’approche de la montagne suivante se fait par un autre chemin de chasseurs et coupe forestière. Il est peu utilisé et agréable. Il nous connecte au sentier d’hiver de Blanche-Lamontagne. Ça devient intéressant!

Curieusement, ça ne monte pas beaucoup pour l’altitude à atteindre jusqu’à ce que l’on tourne abruptement sur la droite et vlan! Montée abrupte dans le gros cailloux; j’en fais un bout sur le vélo par orgueil ET ensuite, on utilise le mode MARCHE. Ah oui, c’est en vélo de montagne à assistance électrique que l’on fait cette boucle! C’est ardu mais on atteint le sommet relativement rapidement. C’est la première fois que je peux passer du temps sur Blanche-Lamontagne pour apprécier cette vue splendide sur 360 degrés! Bière, sandwich, merci la vie!!!!!

Le premier kilomètre de la descente est aussi difficile que l’ascension. Possible pour moi de rester sur le vélo par bout mais il est plus sage de marcher par moment. Les gros cailloux roulent sous les roues. Dès l’entrée dans la forêt, ça se roule un peu plus facilement mais c’est tout de même abrupte. Le secteur des bûchers nous obligent à passer les vélos par dessus les arbres tombés; c’est un classique de ce secteur année après année, été comme hiver. Puis, ça devient amusant tout le long avant et après le lac Bocquet. Le planification originale d’un retour par un sentier parallèle à la route débutant dans cette section ne fonctionne pas. Le plan B est de continuer sur le sentier de retour vers le stationnement de Blanche-Lamontagne; c’est fiable et très beau! Retour sur l’asphalte et gravier par la suite pour fermer cette boucle impressionnante.

Si vous voulez vivre cette expérience, notez que c’est du terrain très difficile pour la montée et la descente de Blanche-Lamontagne. De plus, ne partez pas sans le tracé sur GPS!

Fichier GPX pour votre GPS

21Juil/20

Parcours: Montagne – Boucle St-Adelme – St-Nil – 59km

L’inspiration première de ce parcours était de passer sur le territoire du Village de St-Nil, fondé en 1934 et fermé en 1974. Je n’y étais pas retourné depuis mon enfance bien que j’en ai entendu parler et que je connaisse des gens qui y ont vécu. La planification s’est fait rapidement à l’aide des tracés de sentiers de VTT de la FQCQ. Devrait-on utiliser ces sentiers à vélo?  Pour tout ce qui n’est pas des chemins de voiture, c’est discutable mais je n’ai jamais eu de problèmes dans ces portions dédiées aux VTT et j’adore; ça roule!!

J’ai stationné la voiture dans le rang 7 Est de St-Adelme et débuté en roulant en direction du Lac Grande Chaîne vers l’Est. On est principalement sur divers chemins de gravier avec quelques sections dédiées aux VTT pour les joindre. Le Petit Canada nous emmène pour un court moment sur l’asphalte du Rang 8 et ensuite le Chemin de la Grande Ligne, le 11e rang et la route du Pont Blanc. Le fameux Pont Blanc qui enjambait la Petite Rivière Matane est remplacé par une passerelle de VTT; j’avais bien hâte de voir ça! On longe la Réserve Matane sur quelques kilomètres avant d’arriver sur le territoire de St-Nil. Il n’y reste plus de maisons (plusieurs avaient été détruites ou déplacées à la fermeture du village) mais plusieurs roulottes ou camps se regroupent près du coeur du village. On y trouve même un peu d’asphalte dans ce qui devait être la cour de l’église. J’ai pris quelques minutes pour faire un court pèlerinage au cimetière.  Je fais la même chose lorsque je passe par St-Thomas, un autre village fermé dans la même période. J’aime bien aller me recueillir et réfléchir à la vie difficile des colons (on parle de colonisation!).

Je poursuis et les deux sections dédiées qui suivent sont vraiment le fun. Ça brasse raisonnablement et ça roule! Un ingénieux castor ayant travaillé très fort, je dois avancé sur le vélo avec l’eau au dessus des chevilles en ne voyant pas ce qui se cache en dessous! Le Pont-Brulé permet de traverser à nouveau la Petite Rivière Matane. Rapidement, la voiture est en vu après 59 kilomètres. J’ai pédalé le tout avec mon vélo de montagne à assistance électrique en 2h30; ça se fait simplement un peu plus lentement avec une version non assistée. Est-ce possible en vélo de gravier? Oui mais il faut rouler sur des pneus d’au moins 38mm et d’être expérimenté.

Fichier GPX pour votre GPS

 

25Juin/20

Parcours: Montagne – Les sentiers désignés VÉLO du Lac Matapédia

Le Parc Régional de La Seigneurie du Lac Matapédia propose beaucoup d’activités de plein-air. À ma surprise, il y a quelques années, j’avais aperçu de la signalisation pour le vélo de montagne. Les ayants revus dernièrement, ma curiosité a été bien entendu allumée! Est-ce que ces sentiers sont encore passables? Le Parc a émis une carte en 2019 ou on les retrouve. Au pire, en 2020, quelques arbres pourraient nuire. J’ai décidé de les rouler pour en savoir plus. Ils sont tous accessible via la Route Soucy à l’Est du Lac Matapédia. En pratique, les sentiers avaient été nettoyés des arbres tombés pendant l’hiver. Pourraient éventuellement être connecté pour faire une boucle (à suivre!). Voici un peu de détails pour chacun:

La Coulée et le Ceinturon – 9km

Départ en face du dépot à Soucy. Partage en partie d’une piste de VTT et du SIA. Le fun et pas difficile. Se connecte au sentier Les Étangs.

La Coulée et le Ceinturon: Fichier GPX pour votre GPS

Les Étangs – 9km

Départ le plus facile à l’Ancien chalet à Soucy en empruntant le sentier Le Ceinturon puis on tourne sur le sentier Les Étangs au croisement. Sentier le fun mais assez technique demandant un peu de pilotage puisque les ruisseaux endommagent le sentier. On croise effectivement plusieurs étangs. Un printemps pluvieux peut le rendre assez bouetteux! Il vaut le détour.

Les Étangs: Fichier GPX pour votre GPS

Le Ruisseau – 6km

Départ près du pont, quelques kilomètres avant la Pointe Fine. Fait parti de sentier de ski de fond. Mélange de chemin de gravier et de gazon-tourbe; plus ou moins intéressant.

Le Ruisseau: Fichier GPX pour votre GPS

Sentiers Mic-Mac vers la Baie de Charlie – 4km

Départ du stationnement des Sentiers Mic-Mac sur la route de Sayabec – Ste-Paule près de Sayabec. Fait parti de l’ensemble de piste de ski de fond du secteur. Sentier de vélo de montagne sans difficulté réelle, agréable et surtout est un connecteur intéressant pour approcher le Lac Matapédia et les autres sentiers du secteur.

Sentiers Mic-Mac vers Baie de Charlie: Fichier GPX pour votre GPS

16Juin/20

Tourisme: Retour alternatif du refuge Cabourons vers le fleuve – 29km

La Haute Gaspésie est une inspiration sans fin d’escapade et à l’occasion par manque de temps de recherche et un peu de paresse, on retourne aux endroits qui nous ont marqués.  La 2e journée se fera sur une section que je n’avais jamais emprunté donc la fibre exploratrice sera tout de même nourrie. Le refuge Les Cabourons sur le SIA est très accessible pour les amateurs de vélos de montagne et un arrêt parfait pour se faire un souper et une nuit silencieuse en forêt. On roule peu chargé et on a du temps pour se balader sur le plateau en direction du parc de la Gaspésie. Vous pouvez en savoir plus ici .

Avec le risque de mouches du début de juin, un dodo en refuge était ma préférence pour cette fin de semaine; les mouches n’étaient pas encore présentes avec la température fraîche!  L’ascension par le chemin Des Cabourons se fait très bien avec les vélos à assistance électrique. Pourquoi on se donnerait ça difficile quand on peut! Arrivés au refuge, on soulage les montures pour aller s’amuser en direction du Parc de la Gaspésie avec une portion dans la Réserves des Chic-chocs. C’est toujours superbe et les points de vues sont imprenables!

L’objectif du voyage est de tester  pour la 2e journée un parcours alternatif à celui de 2019 pour le retour vers Rivière à Claude. On passera par Mont-St-Pierre grâce à la piste de VTT qui est aussi le SIA et qui a déjà été ou est toujours, une partie du sentier des Lynx. C’est une belle option; les pentes sont moins abruptes et il y a moins d’ascension que via le plateau de Rivière à Claude.

Pour les gens, motivés, tout à fait possible de faire cette boucle en 1 journée. Amusez-vous!!!

Fichier GPX pour votre GPS

19Sep/19

Tourisme: Autre boucle de bikepacking vers le Mont Jacques-Cartier via Rivière-à-Claude

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Les vallées de la Haute-Gaspésie ne cessent de nous inspirer des aventures; les possibilités sont infinies! Chaque exploration nous en suggérant de nouvelles. Le secteur entre la vallée de la Rivière-à-Claude et celle de Mont St-Pierre, nous titillait encore une fois. Il y a 2 ans, nous avions accédé au Camping du Mont Jacques-Cartier via la route Castonguay et un retour via la vallée de Marsoui avec l’ami Taavi. À l‘hiver 2018-2019, nous avions dormi au refuge des Cabourons  sur le SIA et exploré à ski en direction du  Mont Jacques-Cartier. Maintenant, pourrait-on se créer 2 nouveaux parcours assez distinct à l’aide de tout ça?

Chantal, comme à son habitude, nous a bricolé des tracés, à partir du connu par nous, de sentiers de VTT et d’images satellitaires. En pratique, encore une fois, ce sera un succès!

Jour 1 (29km): Nous avons lancé notre aventure au bout de la route Auclair, en demandant la permission de stationner à M. Auclair, arrière petit-fils du premier du même nom à habiter l’endroit. Les vélos chargés de leurs sacs Revelate Designs, nous nous engageons sur le Chemin de la Traverse puis sur la route Castonguay. Après quelques kilomètres, nous quittons la vallée de la Rivière à Claude pour s’attaquer à la coulée des Cabourons; ça monte de façon soutenue sur près de 5 kilomètres pour un gain d’altitude de plus de 400 mètres. C’est clairement la section la plus difficile physiquement. La petite pause sandwich près du lac des Cabourons nous redonnera un peu de vigueur avant de se rendre au refuge du même nom. Il est offert en location par le SIA aux randonneurs; superbe et confortable.  C’est un aussi un camp de base intéressant pour les explorateurs à ski et à vélo. Une personne s’y reposait à notre passage. La suite de notre périple se poursuit sur le SIA (Sentier International des Appalaches) en direction du Mont Jacques-Cartier. Le tracé GPX donne la bonne marche à suivre soit de revenir sur nos pas pour quelques centaines de mètres et de s’engager sur le chemin carrossable sur lequel monte le SIA. Nous, pour se donner un peu de difficulté, nous avons poussé les vélos près de la toilette et sommes montés vers le chemin; à éviter!  La vue sur la vallée de Mont St-Pierre pour quelques kilomètres est très agréable. On s’engage dans un sentier simple trace à la croisée de la frontière avec la Réserve faunique des Chic-chocs; le plus joli du périple! Pour ne pas se retrouver sur le SIA en territoire du Parc de la Gaspésie (ce serait illégal de pédaler là) nous traversons la rivière de Mont St-Pierre (elle est froide!) et montons sur la route no 2 qui nous conduira sur la route no 20 en quelques kilomètres ascendants pour une arrivée au camping du Mont Jacques-Cartier vers 17h. L’accueil est fermé, il y a au maximum 5 sites utilisés donc beaucoup de places libres et Mauricio de la Sepaq nous facilitera la vie en nous apportant du bois pour le feu chasse moustiques (encore!!). La douche chaude, le vino et le souper terminent la journée en beauté.

Jour 2 (44km): Après une nuit paisible et  un déjeuner copieux, nous reprenons le chemin inverse; Route no 20, route no 2, traversée de la rivière, SIA en simple trace puis chemin VTT – 4X4 jusqu’au secteur du refuge des Cabourons. Nous demeurons ensuite sur le SIA mais direction Mont St-Pierre question d’agrandir la boucle. Ça se passera en chemin VTT – 4X4 et là on se sent en territoire de chasse à l’orignal; pas de problème elle n’est ouverte que dans les réserves présentement. Le même secteur à ski l’hiver dernier nous avait fourni de beaux points de vue mais à vélo, ce n’est pas le cas. On dépasse un marcheur qui veut éviter la pluie et se punira de 35 kilomètres de marche dans sa journée. La descente entamée depuis un moment nous fait déboucher sur un sentier officiel de VTT qui longe la vallée de Mont St-Pierre; nous sommes gâtés en panorama grandiose! Nous poursuivons sur ce même sentier de VTT direction Ouest et jouons les touristes en nous rendant à chacun des points de vue suggéré. Nous ne serons pas déçu puisqu’en prime, nous pourrons observer un beau petit buck! La descente vers Rivière-à-Claude est épique avec ses 400 mètres de dénivelé en 4 kilomètres de sentier. Une première pour moi, mon vélo sentait le frein chauffé et je ne suis pas celui qui use le plus ses plaquettes habituellement. Encore une belle balade!!

Jour 1: Fichier GPX pour votre GPS

Jour 2: Fichier GPX pour votre GPS